Des mesures vertes contre le choc de la hausse des primes

PAS DE COUPES DANS LES SUBVENTIONS À L’ASSURANCE-MALADIE

La hausse annoncée des primes pour l’assurance-maladie de base pèse lourdement sur les budgets des familles et des ménages de la classe moyenne. Il est d’autant plus important de corriger ce système antisocial de primes par tête au moyen de subventions. Les Verts demandent que les cantons ne puissent plus se soustraire au cofinancement de réductions des primes.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé aujourd’hui que les primes des caisses-maladie augmenteront en moyenne de 4% l’an prochain. Les Verts veulent freiner la hausse des coûts et alléger le fardeau qui pèse sur les classes moyennes et les ménages aux revenus modestes.

Cet été déjà, la conseillère nationale Yvonne Gilli a déposé une initiative parlementaire pour un renforcement du système de réduction des primes. Ces subventions sont soumises à la pression des économies, en particulier dans les cantons alémaniques. Pour que les cantons ne puissent plus continuer à appuyer sur le frein aux dépenses, leurs contributions doivent être couplées au montant des subventions de la Confédération.

Les Verts ne se mobilisent pas seulement sur le plan national en faveur d’un renforcement du système de réduction des primes, mais luttent aussi dans les cantons contre un démantèlement de cette mesure corrective sociale. Cet automne, une initiative à ce sujet sera déposée dans le canton de Berne

Le conseiller national Christian van Singer propose encore une autre mesure : des solutions fédéralistes pour permettre l’introduction de caisses-maladie régionales publiques, uniques ou de compensation pour les soins de base. Les cantons romands avant tout veulent pouvoir mieux gérer le système de santé et offrir une assurance de base. «Il ne faut pas que les innovations soient bloquées par la barrière du Rösti », déclare Christian van Singer. « Seule une caisse-maladie publique pourra enfin renforcer la prévention. »

Christian van Singer

«Les réductions de primes sont un correctif important au choc de la hausse. Les cantons ne doivent plus pouvoir échapper à leur responsabilité.»