Non au vol des rentes

La baisse du taux de conversion est complètement inutile et aboutirait à un nouveau pillage des rentes, qu’il s’agit absolument d’empêcher lors des votations du 7 mars 2010. Une opinion que partagent  les Verts, le Parti socialiste et le Parti chrétien-social dont les représentant-e-s ont présenté leurs arguments ce jeudi. Après un premier abaissement du taux de conversion, les assurances, de concert avec les partis de droite ont fomenté une nouvelle baisse des rentes qui entraînerait une diminution de plus de dix pour cent de ces dernières. Les Verts, le PS et les chrétiens-sociaux veulent l’empêcher en menant une campagne déterminée en faveur du NON.

Ueli Leuenberger, président des Verts, s’est élevé avec véhémence contre une nouvelle diminution des rentes manigancée par les assureurs : « la Constitution fédérale stipule que les rentes AVS et celles des caisses de pension permettent de maintenir son niveau de vie antérieur ». « Avec la diminution massive des rentes, ce principe n’est plus garanti pour tout-e-s et la pauvreté des aîné-e-s devient à nouveau une réalité.
Selon Christian Levrat, président du PS Suisse, « ce sont les assurances qui sont le moteur de l’abaissement répété des rentes. Les importants profits de ces dernières années ont enrichi les actionnaires ou nourri les bonus octroyés aux managers. Nous ne pouvons pas admettre que les avoirs des salarié-e-s financent les bonus des directeurs. Nous exigeons une répartition équitable des bénéfices ».
Les partisans de droite de cette révision tentent de la justifier par l’augmentation de l’espérance de vie. Cette argumentation ne tient pas, selon la conseillère nationale chrétienne-sociale Marie-Thérèse Weber-Gobet : « Les bases techniques (VZ 2005) de la caisse de retraites de la ville de Zürich indiquent que pour 2015, l’espérance de vie moyenne des hommes pourrait probablement augmenter de 1.72 an et celles des femmes de 0.12 an. Dans de telles circonstances, une action urgente n’est pas opportune ! ».
En Commission et en plénum des Chambres fédérales, les Verts, le PS et le PCS se sont déjà opposés avec détermination au braquage des rentes. C’est en collaboration avec les syndicats et les organisations de défense des consommateurs qu’ils ont lancé le référendum contre l’abaissement du taux de conversion. C’est son aboutissement qui entraîne la votation du 7 mars 2010.