Les président-e-s de partis appellent à voter non à l'initiative anti-minarets

Les président-e-s de partis appellent à voter non à l'initiative sur les minarets

Le Conseil fédéral, le Parlement, les partis libéral-radical, socialiste, démocrate-chrétien, bourgeois-démocrate, Verts, Verts-Libéraux, évangélique, chrétien-social et Parti suisse du Travail ainsi que les organisations économiques et syndicales sont unanimes à appeler à voter NON à l’initiative sur les minarets

 

L’initiative viole nos valeurs fondamentales
En Suisse chacun jouit de la liberté d’expression et de croyance et de l’égalité devant la loi. Ces valeurs sont au cœur de notre Constitution et elles font la force et la fierté de notre démocratie. L’initiative les foule au pied. La Suisse y perdrait l’image qu’elle a d’elle-même, sans rien y gagner en retour.


L’initiative est inutile, le droit actuel suffit
La Suisse a les moyens légaux d’éviter que tout édifice religieux (minaret ou autre) ne soit construit dans un endroit inadéquat ou n’atteigne des proportions inadaptées. Pour cela, communes et cantons s’appuient sur l’aménagement du territoire et le droit des constructions. Il est inutile d’inscrire une interdiction générale dans la Constitution.


L’initiative menace la paix religieuse
Elle discrimine une religion en particulier. Sous prétexte de s’en prendre aux extrémistes elle discrimine en réalité l’immense majorité des croyants de foi islamique qui sont pacifiques et bien intégrés dans notre pays. Elle créera une tension entre religions en Suisse et menace ainsi des siècles de paix religieuse.

 

L’initiative n’assure pas la sécurité
La lutte contre tous les extrémismes et fondamentalismes est une tâche essentielle de l’Etat. Il faut veiller à ce que les lieux de culte ne servent pas à propager des idéologies violentes, extrémistes ou dangereuses pour la démocratie. L’initiative n’y contribue en rien, elle interdit seulement la construction de tours.

 

L’initiative est dangereuse et contre-productive
En appliquant une discrimination sur la seule foi islamique (les autres religions ne connaissent pas d’interdiction de construire particulière), l’initiative renforcera l’appel à la haine de quelques extrémistes qui appelleront à lutter contre cette discrimination.

 

L’initiative casse les efforts d’intégration
L’histoire le montre c’est par l’intégration qu’on assure la paix religieuse et civile et qu’on établit la sécurité. Un individu intégré s’éloigne de l’extrémisme. L’initiative va à fins contraire : elle casse les efforts d’intégration et plonge des communautés dans la clandestinité. C’est dangereux. Nous voulons que chacun s’intègre et respecte nos valeurs occidentales.

 

Nous vous recommandons de voter NON le 29 novembre.

Fulvio Pelli, président du PLR.Les Libéraux-Radicaux
Christian Levrat, président du Parti socialiste suisse
Christophe Darbellay, président du Parti démocrate-chrétien
Ueli Leuenberger, président des Verts Suisses
Hans Grunder, président du Parti bourgeois-démocrate
Martin Bäumle, président du Parti des Verts libéraux
Heiner Studer, président du Parti évangélique
Monika Bloch Süss, présidente du Parti-chrétien social
Norberto Crivelli, président du Parti suisse du Travail POP