Droits de l’enfant: pour la majorité parlementaire chaque enfant n’est pas égal

Détenir des enfants en seule raison de leur statut migratoire piétine la Convention des droits de l'enfant. Pour les Verts, les enfants migrants doivent être protégés et non pas enfermés.

Lisa Mazzone au sujet du rejet par la majorité de la CIP-N de son initiative parlementaire « mettre fin à la détention administrative de mineurs, dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant »

En refusant l’initiative parlementaire « mettre fin à la détention administrative de mineurs, dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant », la majorité de droite de la Commission des institutions politiques a préféré fermer les yeux sur le non-respect des droits de l’enfant, lorsqu’il s’agit d’enfant avec un statut migratoire. Pour les VERTS, cette attitude est honteuse et inacceptable.

Avec cette initiative parlementaire, les VERTS revendiquent que la détention administrative des enfants migrants soit exclue. L’enfermement de mineurs n’ayant commis aucun délit contrevient à la Convention relative aux droits de l’enfant. Celle-ci exige des Etats de placer l’intérêt supérieur de l’enfant en priorité absolue et de protéger tous les enfants, quels que soient leur nationalité ou leur parcours migratoire.

En Suisse, le droit sur les étrangers permet encore que des enfants migrants soient enfermés en seule raison de leur statut migratoire, ce qui représente souvent une expérience traumatique supplémentaire.