Congé paternité de deux semaines ? Insuffisant !

La CSSS-E reconnaît enfin le rôle du père à l’arrivée d’un enfant, mais se contente d’un geste symbolique. Ainsi, c’est encore les hommes âgés qui décident contre les jeunes générations. La société a changé. 10 jours de congé de paternité, ce n'est pas assez ! Ne prenons pas un siècle pour entrer dans le XXIème siècle.

Aline Trede à propos de la décision de la SGK, proposant deux semaines de congé paternité (au titre de contre-projet indirect à l’initiative «pour un congé paternité raisonnable»)

Le contre-projet présenté par la commission est d’autant plus insuffisant au regard de la récente recommandation de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales (COFF), qui vient de proposer un congé parental de 38 semaines en se basant sur 140 études, publiées entre 2010 et 2017. Les arguments : relation du père à l’enfant, santé de la mère et de l’enfant, égalité entre hommes et femmes mais aussi sur intérêt économique. Tous des arguments que les Vert-e-s partagent.

Comme les Vert-e-s le revendiquent depuis des années au parlement, la Suisse doit disposer d’un véritable congé parental. Les Vert-e-s proposent, comme contre-projet, un congé parental de 28 semaines, dont 14 pour la mère et au minimum 8 pour le père, à prendre dans l’année qui suit la naissance.

Les Verts continueront à lutter au parlement pour un congé paternité digne de ce nom, levier indispensable pour la conciliation des vies professionnelle et familiale et pour l’égalité entre les sexes : la Suisse doit enfin aller de l’avant et entrer au 21e siècle sur les questions familiales… sans prendre un siècle pour y entrer !