La NSA a mis sur écoute des lignes de communication d'entreprises Suisses NSA: Les Verts demandent une enquête approfondie

Le Service fédéral de renseignement allemand (BND) a également écouté, pour le compte de la NSA, neuf lignes internationales de Swisscom avec des terminaux à Zurich et Genève. Le député vert au parlement autrichien, Peter Pilz, en a donné la liste aujourd’hui lors d’une conférence de presse. Les Verts demandent maintenant une enquête approfondie et se préparent aussi à déposer plainte.

La co-présidente des Verts, Regula Rytz, a déclaré: «Ce qui est fait aujourd’hui au nom de la guerre contre le terrorisme va bien trop loin et menace nos libertés au lieu de les protéger. Ce ne sont pas seulement des terroristes et des criminels présumés qui sont surveillés, mais des politiciens, des diplomates et des gens comme vous et moi. Les entreprises ne sont pas non plus à l’abri des écoutes téléphoniques.»

Balthasar Glättli, président du groupe parlementaire, a souligné: «Les Verts demandent au Conseil fédéral et au Ministère public de la Confédération une information complète sur ces opérations. Nous préparons le dépôt d’une plainte. Il est insupportable que l’Allemagne espionne, à la demande des Etats-Unis, les communications des citoyens et des entreprises suisses. Le statut de la Genève internationale est aussi en danger.»

Peter Pilz a fourni la liste des lignes de Swisscom définies comme prioritaires par la NSA et devant être écoutées par le BND:

CC * Endstelle A Carrier Endstelle B Carrier
750 Genève Swisscom Prague Czech Telecom
750 Prague Czech Telecom Zurich Swisscom
750 Sydney Reach GNL Zurich Swisscom
750 Tokyo Japan Telecom Zurich Swisscom
750 Seoul KT Korea Zurich Swisscom
750 Luxemburg P & T Luxemburg Zurich Swisscom
750 Genève Swisscom Tokyo Japan Telecom
750 Varsovie Telekom Polska Zurich Swisscom
752 Moscou Rostelekom Zurich Swisscom
* CC = Chiffre clé de la ligne

En conclusion, Balthasar Glättli a critiqué le fait que les fournisseurs d’accès internet et les opérateurs de télécommunication seraient contraints à l’avenir, en vertu de l’article 42 du projet de nouvelle loi fédérale sur le renseignement (LRens), de renoncer totalement, à l’égard du Service de renseignement suisse, à tous les cryptages qu’ils mettent en place pour protéger leurs clients de telles intrusions.