Sion2026 : au peuple de décider de la contribution de la Confédération

Organiser les jeux olympiques de Sion2026, c’est un risque financier majeur. En moins d’un an, rien que les coûts pour la collectivité pour l’organisation des jeux ont déjà été revus à la hausse (+ 650 millions de francs). On peut donc déjà imaginer que la facture finale sera bien au-delà des chiffres articulés. Pour les Verts, prendre un tel risque financier, sans consulter la population, est irresponsable. C’est pourquoi ils demandent au Conseil fédéral de présenter au Parlement un projet d’arrêté sur la participation financière à Sion2026, sujet à référendum.

Il y a une année à peine, rien que les coûts de Sion2026 pour la collectivité pour l’organisation des jeux étaient estimés à 180 millions de francs. Depuis, ce montant a déjà été relevé de 827 millions de francs, ce qui montre à quel point les jeux olympiques 2026 représentent un risque financier majeur pour la Suisse, sans parler des coûts de sécurité et pour les infrastructures.

Deux milliards de francs vont partir en fumée pour deux semaines de gigantisme olympique. Aux yeux des Verts, c’est d’autant plus irresponsable que, parallèlement, on économise dans la formation, la santé et la coopération au développement. De plus, ce montant ne tient pas compte des coûts environnementaux.

Alors que le réchauffement climatique est deux fois plus rapide dans l’arc alpin et que la neige boude les stations, investir dans les sports d’hiver pour 2026 revient à faire fi des réalités et des priorités nécessaires à la population.

JO : au peuple de décider
Les Verts demandent au Conseil fédéral de présenter au Parlement un projet contre lequel un référendum soit possible. La population doit avoir son mot à dire sur l’organisation de ce méga-événement et des risques financiers qu’il comporte. Aux côté des organisations environnementales, les Verts s’engagent pour que les citoyen-ne-s aient le dernier mot, notamment par leur pétition. Enfin, le 26 août dernier, les délégué e s Vert e s ont réaffirmé leur position sur l’organisation de JO en Suisse via une résolution.

Pour que le débat démocratique dépasse enfin les slogans assénés par le comité d’organisation, il est nécessaire d’assurer la transparence. Les Verts exigent du Conseil fédéral qu’il rende public le dossier de faisabilité qui lui a été remis en juillet par le comité d’organisation.

Cette revendication verte est nécessaire, car les décisions de l’Assemblée fédérale relatives aux finances ne sont pas soumises au référendum facultatif. Il n'en serait pas de même si l'Assemblée fédérale exigeait et adoptait en temps voulu une loi sur la réalisation des Jeux olympiques (cf. la réponse du Conseil fédéral à l’interpellation de Lisa Mazzone, conseillère nationale verte).