L’abolition de l’armée de masse

Les Verts exigent l’abolition de l’armée de masse

Le rapport du Conseil fédéral sur la politique de sécurité sous-estime le principal danger que courent notre pays et la planète entière : le réchauffement climatique. Pour contrer cette menace, les armées ne servent strictement à rien. Mais en matière de risques, le Conseil fédéral continue à croire à des scénarios dépassés et à se cramponner au concept d’armée de masse. Les Verts sont pourtant convaincus qu’aucune réforme ne pourra être mise en œuvre tant que subsistera le service militaire obligatoire. Les Verts constatent enfin que le rapport ne vient en rien étayer la nécessité de se procurer de nouveaux avions de combat.

 

Le rapport du Conseil fédéral sur la politique de sécurité néglige totalement le plus grand danger que courent notre pays et notre planète : le réchauffement climatique. Il accorde en revanche beaucoup trop d’importance à des menaces hautement improbables. Le Conseil fédéral cherche ainsi à justifier les montants faramineux dépensés pour l’armée, des milliards qu’il serait plus intelligent d’investir dans la protection de l’environnement, la coopération au développement et les assurances sociales.

 

Pour les Verts, les querelles qui agitent le Conseil fédéral à propos de l’engagement de l’armée à l’étranger ne sont que du vent. Nos gouvernants devraient pourtant avoir compris au plus tard depuis Atalante que la participation de la Suisse à des opérations militaires à l’étranger ne trouvera pas de majorité au Conseil national.

 

La question qu’il faut absolument se poser est celle des dangers qui de l’avis de différents experts menacent réellement la Suisse. Il doit en résulter une redéfinition des tâches et des dépenses de la Confédération. La cybercriminalité doit aussi être prise en compte. Au lieu d’envoyer des militaires à l’étranger, ce sont des efforts en faveur de la paix que la Suisse devrait déployer, en particulière dans le domaine du déminage humanitaire.

 

Abolition de l’obligation de servir
Le Conseil fédéral n’a pas le courage d’opérer les coupes qui s’imposent dans les 6,5 millions de journées de service accomplies chaque année, un chiffre tellement élevé qu’il en devient grotesque. Cette mesure permettrait de résoudre les problèmes de logistique et d’encadrement, mais surtout d’économiser beaucoup d’argent. Renoncer à une armée de masse implique toutefois qu’on ait d’abord aboli une obligation de servir qui n’a plus guère de sens aujourd’hui.

 

Les Verts soutiennent l’initiative pour l’abolition du service militaire obligatoire annoncée par le GSsA. Leur alternative, c’est la création d’un service civil volontaire pour les hommes et les femmes désireux de s’engager pour la paix, l’environnement et la société.

 

Enfin, les Verts relèvent également que le rapport sur la politique de sécurité ne livre aucun argument valable en faveur de l’acquisition de nouveaux avions de combats, pas plus qu’il n’offre un début d’analyse quant aux menaces que ceux-ci seraient censés pallier.