Les Verts pour un moratoire sur les avions de combat

Les Verts s’allient à d’autres organisations pour lancer une initiative populaire pour un moratoire sur les avions de combat.

Les Verts participent au lancement de l’initiative populaire pour un moratoire sur les avions de combat

Les Verts sont scandalisés que le peuple ait son mot à dire sur la construction de 2 minarets, mais pas sur l’achat de 22 avions de combat. La démocratie est bafouée. Ils s’allient à d’autres organisations pour lancer une initiative populaire pour un moratoire sur les avions de combat.

 

Hier et aujourd’hui, le Parlement suisse a été le théâtre de deux scandales politiques qui bafouent notre démocratie. Il est particulièrement choquant que le peuple soit exclu de la décision concernant l’achat de nouveaux avions de combat. La majorité des partis bourgeois le traite par-dessous la jambe, en faisant mine de considérer qu’il s’agit d’une simple décision budgétaire, alors qu’il y va d’un dépassement du plafond. Celui-ci était jusqu’à présent inclus dans la loi limitant les dépenses militaires, il doit donc être traité comme une loi. Les Verts vont lancer une initiative exigeant un moratoire, conjointement avec le GSsA, le PS et d’autres organisations et partis, ainsi qu’avec toutes les victimes d’une politique d’austérité qui épargne curieusement les dépenses militaires. Ensemble, nous allons faire en sorte que le peuple ait le dernier mot.

Les deux Chambres ont par ailleurs rejeté les motions d’ordre des Verts demandant que la discussion sur les avions de combat soit repoussée jusqu’à ce qu’ait été clarifié le rôle des deux membres du comité consultatif du DDPS indirectement liés au fabricant d’armes Dassault. Le Parlement laisse ainsi sans réponse une question pourtant brûlante : que font exactement les représentants de deux associations liées à l’agence de relations publiques Farner dans un comité consultatif chargé de statuer sur l’acquisition des avions ? Il est de notoriété publique que l’agence Farner compte parmi les lobbyistes de Dassault. Elle avait déjà été ramenée à l’ordre lors de la précédente commande d’avions, alors qu’elle faisait ouvertement la promotion des F/A-18.