Ueli Maurer aurait-il menti ?

Ueli Maurer a lancé mardi le 11.02.2014 la campagne de votation en faveur de l’achat des Gripen le 18 mai prochain. Il en a profité pour confirmer qu’un accord avait été passé avec le suédois Saab, afin que ce dernier n’intervienne pas dans la campagne et éviter ainsi tout risque de scandale. Le conseiller fédéral en charge de l’armée précise donc que « Saab ne participera pas à la campagne de votation, de quelque manière que ce soit ». Or la télévision régionale valaisanne Canal9 a diffusé trois jours après un reportage sur le lobbying actif de Saab auprès des entreprises en Suisse.

Gripenleaks : Ueli Maurer aurait-il menti ?

Ueli Maurer a lancé mardi le 11.02.14 la campagne de votation en faveur de l’achat des Gripen le 18 mai prochain. Il en a profité pour confirmer qu’un accord avait été passé avec le suédois Saab, afin que ce dernier n’intervienne pas dans la campagne et éviter ainsi tout risque de scandale. Le conseiller fédéral en charge de l’armée précise donc que « Saab ne participera pas à la campagne de votation, de quelque manière que ce soit ». Or la télévision régionale valaisanne Canal9 a diffusé trois jours après un reportage sur le lobbying actif de Saab auprès des entreprises en Suisse.


Suite à des questions complémentaires sur l’implication du fabriquant du Gripen – Saab – à l’attention du conseiller fédéral Maurer, celui-ci a apporté certaines précisions : Saab ne participera à la campagne de votations « ni de manière directe, ni de manière indirecte », selon le ministre de la défense.


Du personnel de Saab a rendu visite à différentes entreprises valaisannes la même semaine, afin de discuter des « affaires compensatoires » promises par la Suède en cas de OUI le 18 mai prochain. La tournée de promotion devrait se poursuivre dans le canton de Fribourg. Inutile de préciser qu’une promotion claire du Gripen est également à l’ordre du jour de ces rencontres, les marchés potentiels que Saab fait miroiter à ces entreprises locales n’ayant une chance d’aboutir que si la population suisse valide l’acquisition de 22 Gripen. Pour rappel, cet avion coûtera 10 milliards de francs et n’existe, à l’heure actuelle, que sur le papier.


Dès lors, il n’existe que deux possibilités : soit le conseiller fédéral est au courant de ces rencontres et aurait donc menti en conférence de presse le 11.02.14 ; soit il n’est pas informé des agissements de Saab et le lien de confiance avec le constructeur et sa crédibilité sont alors sérieusement entamés. L’alliance « NON aux milliards pour des avions de combat » ne peut tolérer cette ingérence et exige des explications claires du conseiller fédéral en charge de ce dossier.