Le référendum contre le Gripen a largement abouti

Das Schweizer Stimmvolk wird an der Urne darüber entscheiden können, ob der Bund wirklich neun Milliarden für neue Gripen-Kampfflugzeuge ausgeben soll. Das Bündnis „Nein zu den Kampfjet-Milliarden“ hat rund 80‘000 Unterschriften gesammelt.

Le référendum contre le Gripen a largement abouti

L’alliance « Non aux milliards pour des avions de combat » a récolté près de 80 000 signatures. La population suisse sera appelée aux urnes, afin de déterminer si la Confédération doit vraiment dépenser neuf milliards dans l’achat de nouveaux avions de combat.

 

Au vu de la durée de récolte, la conclusion et sans appel : les neuf milliards destinés aux Gripen doivent être bloqués. Le vice-président des Verts, Jo Lang confirme dans la foulée : « La ruée populaire pour signer ce référendum a vraiment été impressionnante et beaucoup de personnes voulaient absolument le signer, afin d’empêcher cette dépense insensée. »

L’achat de 22 Gripen, à lui seul, coûtera déjà plus de 3 milliards de francs. Cette dépense est proposée, alors même que l’argent fait défaut pour d’autres investissements, tels que l’AVS, la formation, les transports publics ou encore le développement de nouvelles énergies.

Le fait que l’avion désigné par le Conseil fédéral n’existe aujourd’hui que sur le papier est d’autant plus inquiétant. Ainsi, la Suisse devrait payer 40% de la somme d’achat en avance, sans avoir la garantie que le Gripen volera réellement un jour et ce risque financier est aujourd’hui assumer par les contribuables. Cet achat de plusieurs milliards ne se justifie pas, même du point de vue sécuritaire. En effet, l’armée vient d’investir plusieurs millions de francs dans la mise à niveau technique des actuels F/A-18. Quant à la mission de police du ciel, celle-ci est parfaitement assurée aujourd’hui, sans ces nouveaux avions.

Dépôt des signatures en janvier
Ainsi, l’alliance « Non aux milliards pour des avions de combat » a récolté près de 80 000 signatures. La validation des signatures auprès des communes suit son cours et de nouvelles signatures sont encore réceptionnées tous les jours. Le dépôt officiel auprès de la Chancellerie sera organisé officiellement au début du mois de janvier.