Exportations d'armes vers l'Arabie Saoudite Les Verts exigent de la Suisse un arrêt immédiat et total des exportations d'armes vers le Proche-Orient

Avec ses livraisons d’armes à l’Arabie saoudite, la Suisse nourrit les conflits au Proche-Orient et en tire profit, plutôt que de contribuer à leur désescalade. Un changement de cap immédiat est nécessaire.

Au cours de ces dix dernières années, la Suisse a exporté du matériel de guerre vers l’Arabie saoudite pour une valeur de près de deux milliards de francs. Ainsi, des armes helvétiques se sont retrouvées dans les mains du plus grand ennemi du printemps arabe et de l’un des pires partisans de la guerre dans la région la plus tendue au monde. Ces armes ont permis de réprimer des mouvements populaires et de mener des attaques aériennes contre des cibles civiles.

Les exportations d’armes s’opposent au principe de neutralité
L’Arabie saoudite a écrasé les mouvements démocratiques au Bahreïn avec des chars Mowag. Aujourd’hui, ces derniers se trouvent à la frontière avec le Yémen. Les PC21 de Pilatus ont permis la constitution d’une force aérienne qui a bombardé le Yémen et qui pourrait préparer une attaque contre l’Iran. La Suisse a armé les Etats sunnites du Golfe alors que le conflit confessionnel entre Sunnites et Chiites s’aggrave et qu’elle boycotte militairement et à juste titre l’Iran. Cet exemple montre bien que les exportations d’armes s’opposent au respect du principe de neutralité.

Les Verts demandent un embargo sur les livraisons d’armes à l’Arabie saoudite
L’évolution actuelle de la situation au Proche-Orient rappelle à quel point, le 6 mars 2014, 94 conseillères et conseillers nationaux ont fait preuve d’irresponsabilité en faisant passer la Lex Saudi, avec la voix prépondérante du président PDC du Conseil national. Les engagements récents des chars Mowag montrent également que la politique « stop and go » du Conseil fédéral est en fait de la poudre aux yeux. Un moratoire n’empêche pas un Etat d’engager des armes déjà livrées. La livraison de pièces de rechange et de munitions pendant le « stop » offre un « go » aux seigneurs de guerre. Ainsi, les Verts demandent que l’embargo sur les livraisons d’armes vers l’Arabie saoudite soit d’abord complet, puis définitif. De même, les biens militaires spécifiques, tels que les PC21, doivent être enfin soumis à la loi sur le matériel de guerre.

Les Verts déposeront des interventions parlementaires à la session de printemps 
Les Verts demandent également que pour tout le Proche et le Moyen-Orient une position soit adoptée en ce qui concerne la collaboration en matière d’armement et la coopération militaire. Aucune arme suisse ne doit se retrouver en Syrie. Même Israël, comme l’ont montré les campagnes du passé et sa politique d’occupation et d’implantation de colonies, est un facteur de guerre important. Il serait dès lors faux de pouvoir bénéficier de matériel de guerre de ce pays, comme c’était le cas dans plusieurs programmes d’armement votés au cours de ces dernières années. La Suisse doit plutôt proposer ses bons offices afin de détendre les relations entre l’Iran et l’Arabie saoudite et pour une paix juste entre Israël et la Palestine. Les Verts déposeront à cette fin plusieurs interventions à la session de printemps.