Christian van Singer à propos du rapport sur la politique de sécurité de la Suisse

Pour protéger la Suisse, il faut réduire le budget de l’armée et investir dans la lutte contre les vraies menaces: notamment le changement climatique et les risques d’accidents nucléaires.

Le rapport sur la politique de sécurité adopté aujourd’hui par le Conseil fédéral détaille les menaces qui pèsent sur la Suisse. Le changement climatique et les risques technologiques y sont mentionnés. En effet, les centrales nucléaires exploitées en Suisse font partie des plus vieilles du monde et les failles dans le système de surveillance de même que les trous récemment découverts à Beznau font peser de lourdes menaces sur la population suisse. Le changement climatique entraînera quant à lui des catastrophes naturelles, des conflits et jettera des millions de personnes sur les routes de la migration en raison de la raréfaction des ressources.

Le Conseil fédéral et le Parlement doivent maintenant tirer les conséquences de ce rapport et réduire le budget de l’armée. Plutôt que d’investir des milliards dans l’achat d’armements utiles uniquement pour des conflits classiques, il faut réorienter les dépenses pour prévenir les risques majeurs qui menacent la population suisse. Les mesures les plus urgentes en matière de politique de sécurité intérieure sont l’arrêt des vieilles centrales nucléaires et l’obtention d’un approvisionnement énergétique 100% renouvelable, sans émissions de gaz à effet de serre, ni production de déchets radioactifs.