Non à l’initiative « contre l’immigration de masse »

Les Verts rejettent l’initiative « contre l’immigration de masse »

C’est un non ferme que les Verts opposent à l’initiative de l’UDC « contre l’immigration de masse ». En revanche, la Suisse a besoin de mesures d’accompagnement efficaces afin de maintenir sa qualité de vie.

Les Verts s’opposent catégoriquement à l’initiative de l’UDC « contre l’immigration de masse » et s’engageront en conséquence activement dans la campagne. Ils ont appris avec satisfaction que le Conseil des Etats a clairement rejeté cette initiative populaire dans le débat d’aujourd’hui.

Promouvoir la qualité de vie avec des mesures d’accompagnement crédibles
L’initiative de l’UDC n’apporte aucune solution aux problèmes qu’elle dénonce. Pour les Verts, il est essentiel d’y répondre par le biais de mesures d’accompagnement crédibles. La loi sur l’aménagement du territoire doit être mise en œuvre de manière conséquente et il faut assurer l’accessibilité à des logements à loyer abordable. Sur le marché du travail, il convient de prendre des mesures pour lutter contre la sous-enchère salariale. Enfin, dans les secteurs économiques en manque de personnel qualifié, il y a lieu de mener une offensive sur le front de la formation. Telles sont les mesures que proposent les Verts pour maintenir la qualité de vie en Suisse.

Un développement économique durable plutôt qu’une limitation de l’immigration
La politique de croissance économique incontrôlée de certaines régions est une des causes de la pression migratoire. En témoigne la concurrence féroce à laquelle se livrent certains cantons et communes pour attirer un maximum d’entreprises étrangères, ces dernières venant parfois s’implanter en Suisse avec l’ensemble de leur personnel. Au lieu de limiter l’immigration, il faut s’attaquer à la source du problème, en harmonisant les pratiques fiscales et en privilégiant une promotion économique axée sur la durabilité et s’appuyant sur le tissu entrepreneurial local.

L’initiative de l’UDC menace nos relations avec l’Europe
En exigeant un contingentement annuel, l’initiative de l’UDC est incompatible avec l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’UE. Par conséquent, l’initiative met en péril les accords bilatéraux et nos relations avec l’Europe. Elle ne garantirait d’ailleurs même pas une limitation de l’immigration, contrairement à ce que son titre laisse entendre : alors qu’un tel système de contingentement existait dans les années 60 et 70, l’immigration était plus prononcée que ces dernières années !

La votation aura probablement lieu le 9 février 2014.