Les Verts se réjouissent et exigent une clarifications sans concessions

Les Verts saluent la libération de Max Göldi et exigent des explications

Les Verts sont heureux que la captivité de Max Göldi en Lybie ait pris fin. Il est temps maintenant d'examiner sans complaisance les dessous de cette affaire et d'en tirer les conséquences qui s'imposent. Il faut faire toute la lumière sur les agissements du Conseil fédéral, la manière de procéder de la police genevoise et le rôle d'ABB.

 

Les Verts se réjouissent avec Max Göldi et sa famille que l'otage ait été libéré après près de deux ans de captivité en Lybie. Ils remercient toutes celles et ceux qui se sont engagés pour sa libération, en particulier les Etats de l'UE, l'Espagne et l'Allemagne.

Jusqu'à présent, les Verts se sont retenus d'exprimer leurs critiques et de formuler des exigences pour ne pas mettre en péril les négociations devant mener à la libération de l'otage. Les parlementaires verts qui siègent à la Commission de politique étrangère (CPE) se sont ainsi opposés à la rupture des relations diplomatiques avec la Libye. La libération de Max Göldi a changé cette situation. Les Verts veulent maintenant que tous les détails de cette affaire soient tirés au clair, de façon approfondie et sans ménager quiconque.

Les agissements du Conseil fédéral doivent être passés au peigne fin. Les Verts veulent en savoir plus sur l'action du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et le voyage que Hans-Rudolf Merz, président de la Confédération en 2009, a fait le 20 août 2009 - ses antécédents, son déroulement et ses conséquences, dont un accord conclu le même jour avec la Lybie. Les procédés de la police genevoise lors de l'arrestation d'Hannibal Kadhafi et de son épouse éveillent également les soupçons,  de même que le rôle joué par ABB.

Il faut en outre clarifier des points concernant les relations avec Mouammar Kadhafi, la collaboration avec d'autres Etats et des organisations interétatiques, en particulier l'UE et la Ligue arabe. Et il ne faut pas éluder une question d'importance: que révèle le conflit avec la Lybie sur la position de la Suisse dans le monde de l'après-guerre froide?