Nouveau Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes

Pour éviter des morts en Méditerranée, il ne faut pas des mesures sécuritaires mais une politique migratoire humaine et responsable.

Lisa Mazzone à propos du nouveau Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes

Une majorité de la Commission de la politique de sécurité du National (CPS-N) vient d’approuver la participation de la Suisse à la nouvelle agence européenne de garde-frontières chargée de protéger les frontières extérieures de l'UE (une sorte de Frontex+, 17.033). Les Verts refusent que la Suisse contribue aux activités de cette agence qui n'apporte aucune réponse crédible à l’urgence humanitaire: milliers de morts en Méditerranée, pushbacks inacceptables des garde-côtes italiens vers la Libye, absence d'accès légal et sûr, rejet de la responsabilité de la prise en charge des migrant-e-s vers les pays africains et mauvaise répartition de la maigre contribution européenne entre les pays.