Modification de la loi fédérale sur le transit routier dans la région alpine

En vertu de la constitution et pour des raisons écologiques, les Verts rejettent par principe la construction d’un deuxième tunnel routier au Gothard.

Une telle construction piétine clairement la volonté populaire. En acceptant l’initiative des Alpes, la population s’est prononcée en faveur du transfert du transit des marchandises sur le rail pour protéger la population et la nature. C’est dans la constitution, il faut donc le respecter. Toutes les tentatives d’annuler ce mandat constitutionnel en construisant un deuxième tunnel routier au Gothard ont été massivement repoussées. Par ailleurs, cette la solution pour maîtriser le trafic durant la réfection du tunnel s’avère beaucoup plus chère que toutes les autres, et contredit par conséquent les principes d’une gestion budgétaire prudente.

Et la situation va encore s’aggraver si l’on en croit la dernière étude de l’Office fédéral des transports : elle prévoit une forte augmentation du trafic des marchandises jusqu’en 2030. On s’éloigne donc davantage des objectifs de transfert, démocratiquement choisis. Construire un deuxième tunnel serait la porte ouverte à une déferlante toujours plus grande de camions au détriment de la population et de l’environnement.


Au lieu de poursuivre les travaux préparatoires en vue d’un deuxième tunnel, le Conseil fédéral est invité à présenter sans délai un message sur la réfection du tunnel routier du Gothard respectant la constitution. Le transit routier doit être le plus possible transférer sur le rail. Les pics saisonniers dus au tourisme peuvent être résorbés en prolongeant les heures d’ouverture du tunnel. Afin de ne pas perdre de vue les objectifs de transfert modal, il y aurait lieu d’examiner et de tester des innovations logistiques, tels que trains-navettes, modernisations techniques et optimisation des chaînes de transfert.

Les Verts sont favorables à l’inscription légale du système de régulation du trafic lourd en tant que mesure de sécurité. Par contre, ils rejettent l’idée de taxer l’utilisation du tunnel, car cela affaiblirait la RPLP en raison de l’Accord sur les transports terrestres.