Un 2ème tunnel qui viole la Constitution

Le groupe des Verts soutient l’augmentation prévue de la vignette autoroutière à 70 francs. La sécurité des routes nationales sera ainsi garantie et des mesures en faveur de la protection de l’environnement pourront être financées. Une augmentation plus importante serait inutile.

Avec sa décision de poursuivre le projet de deuxième tube routier dans le tunnel du Gothard, le Conseil fédéral dévie non seulement de sa politique poursuivie jusqu’à présent, mais bafoue encore la volonté du peuple et agit contre la Constitution. Le deuxième tunnel est une catastrophe pour notre pays et ouvre grand la porte à une avalanche de camions d’un bout à l’autre de la Suisse. Les Verts s’opposeront par tous les moyens à cette construction – si nécessaire, au moyen d’un référendum.

Le deuxième tunnel du Gothard représente une atteinte à la protection des Alpes telle qu’elle inscrite dans la Constitution. De surcroît, le peuple et les cantons ont déjà exprimé catégoriquement leur opposition à un second tube routier dans le Gothard en 2004 en refusant le contre-projet à l’initiative Avanti. Le deuxième tunnel augmenterait la capacité de la route, générant ainsi un trafic accru et repoussant bien loin la poursuite des objectifs de transfert de la route au rail.

Le deuxième tube est inutile

Au lieu de poursuivre avec fermeté sa politique de transfert de la route au rail actuellement exemplaire en Europe, le Conseil fédéral plie devant le lobby routier et ressort ce second tube du tiroir. Il avait pourtant démontré lui-même, dans un concept élaboré seulement à fin 2010, que l’assainissement du tunnel routier du Gothard devait se faire autant que possible sans le percement d’une deuxième galerie. Jusqu’au début des travaux d’assainissement en 2020, les capacités de transport sur le rail auront doublé grâce à la NLFA. Ainsi, il sera possible d’effectuer l’assainissement sans chaos routier et sans investir des milliards supplémentaires.

Le lobby routier prétend que les deux tubes ne seront après l’assainissement ouverts chacun que dans un sens. C’est un argument alibi. L’instauration de bandes d’arrêt d’urgence et d’autres mesures visant la réduction artificielle de la capacité du tunnel après l’assainissement ne sont pas crédibles. Il est naïf de croire que de telles chicanes, incompréhensibles pour les usagers de la route, puissent être maintenues longtemps.