Transférer le trafic plutôt que de supprimer les goulets d’étranglement

Les Verts rejettent le programme de suppression des goulets d’étranglement du réseau des routes nationales. Les goulets d’étranglement peuvent être évités grâce à un transfert déterminé du trafic. Il faut investir en priorité dans les projets de transports publics et de trafic lent. Le programme d’agglomération va dans la bonne direction.

Le programme de suppression des goulets d’étranglement du réseau des routes nationales ne correspond en rien aux exigences écologistes en matière de politique des transports orientée vers l’avenir. Lors de la consultation, les Verts avaient déjà exigé un retrait du projet. Il ne doit revenir sur la table que lorsqu’il y aura un concept de transports pour la Suisse qui satisfera aux exigences du plus grand transfert possible du trafic de la route au rail (personnes et marchandises).

Compte tenu de la situation actuelle en matière de mobilité, il faut prendre des décisions conséquentes qui permettent de réaliser une politique des transports respectueuse de l‘environnement et du climat. Cela n’est possible que par une stabilisation du trafic routier. Une extension de l’infrastructure routière va à l’encontre de cet objectif. Le financement des infrastructures routières et ferroviaires est par ailleurs incertain. Pour cela il faut fixer des priorités, et les suppressions de goulets n’en font pas partie.

Les embouteillages et le chaos routier se rencontrent principalement dans les villes et les agglomérations où vivent les deux tiers de la population. C’est la raison pour laquelle les Verts saluent l’orientation du programme d’agglomérations. Le financement des projets dans les agglomérations constitue une politique des transports d’avenir qui doit absolument être appliquée et ne doit pas échouer du fait d’un manque de moyens.