Nos Alpes sont exceptionnelles: sans 2ème tube au Gothard et sans résidences secondaires

Le groupe des Verts s’engagera pendant la session d’automne pour une protection cohérente des Alpes. Il refusera la construction d’un deuxième tube routier au Gothard. De même, il se mobilisera pour une mise en œuvre de l’initiative sur les résidences secondaires qui respecte la volonté populaire. Les Verts sont prêts à se saisir de l’arme du référendum pour ces deux objets.

 Un deuxième tube routier au Gothard est contraire à la Constitution et le groupe des Verts le rejette ! Il propose par conséquent au Conseil national de ne pas entrer en matière sur cet objet. Si ce conseil ne revient pas à la raison, les Verts combattront ce projet par voie référendaire – comme l’ont décidé, à l’unanimité, leurs délégué‑e‑s lors de l’assemblée du 29 mars dernier.

Pour les Verts, le constat est clair : un deuxième tube routier au Gothard compromet la protection des Alpes et l’objectif constitutionnel de transférer le trafic routier sur le rail. En outre, ce deuxième tube est inutile : non seulement l’assainissement du tunnel du Gothard peut être réalisé grâce au ferroutage, mais cette option permettrait d’épargner près de 3 milliards de francs. Un Non au deuxième tube permet donc d’assainir le tunnel du Gothard dans le respect de la Constitution et à moindre prix.

Mise en œuvre de l’initiative sur les résidences secondaires: pas comme ça !

En exprimant son soutien à l’initiative sur les résidences secondaires, la population a envoyé un signal clair contre la construction de résidences secondaires supplémentaires. La Commission de l’environnement du Conseil des Etats a choisi, au contraire, d’inscrire de nombreuses exceptions dans la loi de mise en œuvre. Cette loi est aussi trouée qu’un Emmental ! Les Verts exigent du Conseil des Etats de boucher ces trous et de respecter la volonté populaire. Sinon, ils sont prêts à lancer un référendum de concert avec les initiants.

L’initiative sur les résidences secondaires offre de nouvelles possibilités aux destinations touristiques. La solution réside dans un tourisme durable, orienté vers l'avenir et ancré dans les régions. De plus, des programmes de construction et de rénovation écologiques pourront renforcer le secteur local de la construction et le tournant énergétique. La population locale pourra ainsi tirer profit de l’initiative – tout comme la parahôtellerie.

Ces deux objets seront certainement débattus au Parlement les 24 et 25 septembre prochains.