La santé des ouvriers du bâtiment menacée par des taux d'ozones alarmants

Vague de chaleur: alerte à la santé des ouvriers du bâtiment

Malgré la vague de chaleur et un taux d’ozone qui dépasse largement les valeurs-limites, les ouvriers du bâtiment continuent à trimer sur les chantiers en plein midi. Leur santé préoccupe les Verts, qui demandent que les personnes travaillant sur les chantiers de la Confédération soient autorisés à faire la sieste aux heures les plus chaudes de la journée. Les entreprises privées pourraient suivre l’exemple.

2010 va bientôt rejoindre 2003 au palmarès des étés les plus chauds. Depuis plusieurs jours, la température se maintient obstinément en-dessus de la barre des 30 degrés. Avec la canicule, le taux d’ozone dans l’atmosphère grimpe en flèche dans toute la Suisse. Les ouvriers du bâtiment n’en sont pas moins obligés de continuer à travailler dans des conditions préjudiciables à leur santé.

Préoccupés par cette situation, les Verts demandent que la Confédération autorise les ouvriers travaillant sous ses ordres à prolonger leur pause de midi lorsque les températures et le taux d’ozone dépassent la limite du tolérable. À cette fin, la Confédération doit négocier avec les cantons et les communes pour permettre à la journée de travail de commencer plus tôt. Le début de l’après-midi pourrait ainsi être officiellement consacré à la sieste. De telles mesures sont déjà en vigueur au Tessin.

Les pouvoirs publics ont le devoir de jouer les modèles et d’inciter les entreprises privées à suivre le bon exemple. Celles-ci sont en effet responsables de ne pas mettre en danger la santé de leurs collaborateurs.