La stratégie pour la biodiversité prend du retard

La diversité des espèces a constamment diminué en Suisse durant ces dernières années. De ce point de vue, la récente attaque contre la protection du loup s’inscrit une fois encore en creux. Grâce à une intervention parlementaire des Verts, la Confédération a enfin élaboré une stratégie pour le maintien et le développement de la biodiversité. Dans leur réponse de consultation, les Verts se réjouissent du projet qui définit clairement les orientations et les priorités. La stratégie pour la biodiversité a toutefois pris du retard et le financement de la mise en œuvre n’est toujours pas clair.

La biodiversité en Suisse se porte mal. Le mitage constant du territoire et le développement des réseaux routier et ferroviaire morcellent et détruisent les habitats de quantité d’espèces animales et végétales. Durant les dix dernières années, la Suisse n’a pas réussi à atteindre ne serait-ce qu’un seul objectif en matière de biodiversité, bien qu’elle s’y soit engagée dans le cadre de la Convention 2002 pour la biodiversité. Malgré des programmes de protection, le nombre des espèces menacées continue d’augmenter. Le nombre des espèces répandues diminue également. Et le creux de la vague n’est pas encore atteint.

La Suisse ne remplit ainsi pas ses obligations en matière de biodiversité des biotopes et des espèces. Elle met en péril les bases nécessaires à une agriculture proche de la nature et à l’approvisonnement alimentaire, ainsi qu’à la protection contre les dangers naturels. C’est la raison pour laquelle les Verts ont déposé une motion en 2008, proposant l’élaboration d’une stratégie en matière de biodiversité pour la Suisse dans le cadre du programme de législature 2007-2011.

La biodiversité nous concerne tous
Les Verts approuvent le projet mis en consultation pour une stratégie globale pour la diversité, incluant de nombreux domaines : agriculture, économie forestière, loisirs et sport, habitat et transport, économie et consommation, tous ces secteurs profitent de la diversité biologique. Ils peuvent tous contribuer à maintenir et développer cette diversité.

Les Verts regrettent toutefois que la stratégie soit publiée avec un certain retard. A l’origine, elle était prévue pour l’année de la biodiversité 2010. Au vu des déclarations d’ordre général figurant dans le projet et de l’absence d’un plan d’action, la temporisation n’est plus de mise. Faute de quoi les objectifs fixés pour 2020 ne seront pas atteints.

Des progrès en matière de biodiversité pourraient être réalisés aujourd’hui déjà, avec la mise en application de l’inventaire des biotopes d’importance nationale ou encore de la loi pour la protection des eaux. Le financement de la mise en œuvre de la stratégie doit également être clarifié sans plus attendre.

La réponse complète à la consultation concernant la stratégie biodiversité Suisse est disponible ici.