Adèle Thorens à propos de la décision d’affaiblir la protection du cygne

Après le loup, c’est le cygne qui est dans le viseur. Le prochain sur la liste est le castor. Les Verts combattront l‘abattage précipité d’espèces protégées et par conséquent le projet de révision de la loi sur la chasse.

Le cygne tuberculé est un oiseau protégé par la loi. L’article 4 de l’ordonnance sur la chasse (RS 922.01) fixe les dommages qu’un animal doit causer pour permettre aux cantons de demander une autorisation de tir à l’OFEV. Le comportement du cygne tuberculé ne correspond à aucun des points figurant dans la liste. L’approbation par la Commission de l’environnement de la motion 15.3534 « Permettre une régulation adéquate des populations de cygnes tuberculés » est par conséquent une décision erronée. Les Verts enjoignent au Conseil national de ne pas suivre sa commission et de rejeter la motion.

Appliquer rapidement la stratégie pour la biodiversité

Au lieu d’attaquer une nouvelle espèce animale protégée (voir motion Engler 13.3151 sur le loup), la Confédération ferait mieux d’avancer avec la stratégie sur la biodiversité décidée en 2012. IL y a là un besoin urgent d’agir, que les Verts ont par le passé déjà soulevé à plusieurs reprises. L’OCDE a également condamné plusieurs fois le degré élevé de destruction de la biodiversité en Suisse.

Si personne ne les nourrit, personne ne doit les tuer
Si l’on nourrit les cygnes, ils se rassemblent en grand nombre dans un espace restreint. Cela engendre des problèmes. Si on ne les nourrit pas, cela n’advient pas. Les problèmes sont supprimés. En même temps, la population se laisse aisément réguler par la perforation des œufs pondus. Personne ne doit par conséquent tuer l’un de ces animaux protégés. Ils ne fournissent donc aucun motif pour adapter l’ordonnance sur la chasse. Les cas problématiques sont extrêmement rares et peuvent être traités de manière ciblée.