Adèle Thorens à propos de la Journée de la protection des espèces

Plutôt que de s’attaquer à des espèces emblématiques de notre pays, le parlement ferait mieux d’adopter rapidement un plan d’action pour la biodiversité.

Le 3 mars, c’est la Journée de la protection des espèces. En Suisse, la protection d’espèces comme le loup, le castor et le cygne est toujours davantage sujette à pression. Les Verts exhortent le Parlement à prendre ses responsabilités en faveur des animaux protégés.

La Suisse doit par conséquent aller de l’avant avec le Plan d’action Biodiversité ! Le Parlement l’avait réclamé en 2008 déjà grâce à une proposition des Verts. Entre-temps, un document Stratégie a été élaboré, mais il faudra attendre au moins cet été pour la mise en œuvre du plan d’action concret. La nécessité d’agir est toutefois plus urgente : en Suisse, plus d’un tiers des espèces animales et végétales sont menacées ! Le maintien de la biodiversité en tant que ressource vitale pour les êtres humains et la nature ne doit plus être remis à plus tard.

Durant la session de printemps, les interventions suivantes relatives à l’assouplissement de la protection des espèces animales seront traitées :

Mercredi, 2 mars au Conseil national:

  • Motion 15.3534 «Permettre une régulation adéquate des populations de cygnes tuberculés»

Mercredi, 9 mars au Conseil des Etats:

  • Motion 14.3570 «Inscrire le loup parmi les espèces pouvant être chassées»
  • Initiative cantonale 14.320 «Loup. La récréation est terminée!»

Lundi 9 mars, le Conseil des Etats traite également une initiative déposée par le canton de Thurgovie, qui demande que la Confédération et les cantons indemnisent les dommages causés aux infrastructures par les castors. L’acceptation des castors devraient ainsi être encouragée. La commission compétente a toutefois rejeté l’objet.