Résolution marée noire

Les Verts sont scandalisés par la marée noire dans le Golfe du Mexique. Elle risque de devenir la pire catastrophe environnementale provoquée par des activités humaines. Des millions d'animaux et un écosystème unique sont victimes du pétrole. Les conditions de vie de dizaines de milliers de familles de pêcheurs, l'industrie touristique et des villages entiers sont menacés.

Nous sommes d'autant plus concernés qu'il n'est pas à exclure qu'une entreprise suisse avec siège à Zoug et à Genève soit coresponsable de cette catastrophe. C'est manifestement une soupape de sécurité installée par l'entreprise Transocean qui n'a pas fonctionné; en cas d'urgence, elle aurait dû fermer les forages par signal radio. Ce ne serait pas la première fois que les traînées d'une catastrophe pétrolière conduisent en Suisse. Il en est allé ainsi en décembre 1999 lors de la catastrophe de l'Erika au large des côtes bretonnes et en novembre 2002 lors de la catastrophe du Prestige au large de la Galice.
Indépendamment des responsabilités concrètes de cette nouvelle marée noire, cette catastrophe environnementale dans le Golfe du Mexique montre qu'avec les moyens techniques actuels il est complètement irresponsable de forer du pétrole en eau profonde. Les risques de l'extraction de pétrole et son prix augmentent avec sa raréfaction. Il est important que les gouvernements placent la protection des humains et de leur environnement avant les intérêts financiers des transnationales du pétrole et de l'industrie du pétrole. Et il est urgent qu'en particulier les pays fortement développés avancent vers la sortie du pétrole qui est de toute façon en train de se raréfier. Il faut absolument promouvoir avec détermination les énergies renouvelables et les économies d'énergie.  

La Suisse est un des centres planétaires des transactions pétrolières; elle est particulièrement requise pour faire face aux dangers de cette matière première, de pousser l'humanité à y renoncer et à promouvoir des alternatives.