Position des Verts dans le débat actuel sur l’électricité Sauver l’hydroélectricité avec l’initiative pour sortir du nucléaire

Les risques croissants liés aux centrales nucléaires doivent avoir la priorité dans le débat actuel sur l’électricité. L’initiative pour la sortie programmée de l’énergie nucléaire est plus importante que jamais. Elle ouvre la voie à la sortie de la crise du marché de l’électricité. Grâce à l’interdiction de construire de nouvelles centrales et les délais prévisibles de mise hors service, l’initiative stabilise les prix de l’électricité et augmente la sécurité d’investissement. Elle rend également l’hydroélectricité économiquement plus avantageuse. Les Verts rejettent cependant clairement un sauvetage d’Alpiq ou d’Axpo par la Confédération. Pour soutenir l’hydroélectricité, les Verts misent sur une proportion minimale croissante de la production indigène d’électricité renouvelable. Ils demandent au Conseil fédéral d’examiner des modèles en conséquence (postulat en allemand).

Dans le débat actuel sur l’électricité, la protection des personnes et de l’environnement contre les dangers d’un accident nucléaire a la priorité. Le Parlement rejette pourtant des exigences supplémentaires de sécurité pour les vieux réacteurs nucléaires du pays. L’initiative pour la sortie programmée du nucléaire est plus nécessaire que jamais.

L’initiative pour la sortie du nucléaire est également nécessaire pour surmonter la crise du marché de l’électricité et améliorer les conditions économiques pour l’hydroélectricité et les autres énergies renouvelables. Grâce à l’interdiction de construire de nouvelles centrales nucléaires et des délais prévisibles de mise hors service, l’initiative stabilise les prix de l’électricité et augmente la sécurité d’investissement.

Soutenir l’hydroélectricité plutôt que de sauver des grands groupes 
Les Verts rejettent le sauvetage d’Alpiq ou d’Axpo par la Confédération. Les deux groupes ne sont pas déterminants. L’approvisionnement en électricité peut être garanti sans eux, car les centrales hydroélectriques peuvent continuer de produire avec de nouveaux propriétaires. Il n’y par conséquent aucune raison de sauver Alpiq ou Axpo en tant qu’entreprise.

Les Verts soutiennent toutefois la demande d’Alpiq de mieux soutenir l’hydroélectricité. Les subventions qui ont été votées au parlement la semaine passée, dans ce sens ne constituent qu’une solution à court terme, aux yeux des Verts. Une proportion minimale croissante par contre de la production indigène d’électricité renouvelable serait un bien meilleur moyen. Dans un postulat, les Verts demandent au Conseil fédéral d’étudier des modèles en conséquence.

Naturellement, d’autres entreprises suisses d’approvisionnement énergétique (EAE) avec des centrales hydroélectriques en profiteraient également. Les Verts recommandent donc aux EAE de reprendre les centrales hydroélectriques d’Alpiq car celles-ci redeviendront rentables à long terme.

Adèle Thorens

co-présidente, conseillère nationale VD

«L’initiative pour sortir du nucléaire nous permet de sortir de la crise du marché de l’électricité. Nous évitons ainsi un fiasco lié aux centrales nucléaires et soutenons l’hydroélectricité en Suisse.»