Politique énergétique et climatique du PLR

Les Verts se réjouissent que le PLR s'intéresse à l'énergie et à la politique climatique. Cependant, le PLR semble mal informé et agit de manière peu cohérente.

Lors d’une conférence de presse, le PLR a présenté aujourd’hui ses propositions pour la politique énergétique et climatique. Pour les Verts, celles-ci soulèvent un certain nombre de questions :

  • Le PLR veut de meilleurs standards pour encourager l'efficience des bâtiments et des appareils. Mais alors, pourquoi la majorité bourgeoise de la CEATE a-t-elle biffé de la stratégie énergétique tout objectif en matière d'économie d'énergie ?
  • Le PLR veut taxer à l'importation l'électricité issue de mode de production fortement émetteur de CO2. Les Verts ont proposé un contre-projet à l'initiative des Verts libéraux sur la fiscalité écologique allant dans le même sens. Le PLR va-t-il défendre cette idée en plénum, alors que seul le PS l'a soutenue jusqu'ici ?
  • Le PLR ne veut pas taxer l'essence parce que celle-ci est déjà visée par la taxe sur les huiles minérales. Mais le PLR connaît-il la différence entre taxe de financement et taxe d'incitation ? La taxe sur les huiles minérales sert à financer les infrastructures et le budget de la Confédération, elle n'est pas redistribuée à la population et son montant n’a pas d'effet incitatif.
  • Le PLR veut interrompre toute mesure de soutien aux énergies renouvelables, au profit d'une taxe incitative. Mais sait-il qu'une taxe incitative a pour but de pousser ses destinataires à changer de comportement et à opter pour des alternatives propres ? Or, si ces alternatives propres ne sont pas disponibles parce qu'elles n'ont pas été assez développées faute de soutiens, la taxe est tout simplement inefficace et punitive pour ses destinataires ?

Pour une taxe incitative et des soutiens aux énergies renouvelables
Les Verts s'engagent pour une politique énergétique et climatique cohérente et crédible. Une politique qui ose se fixer des objectifs en matière d'économie d'énergie et qui utilise les bons instruments de manière efficiente. Oui à une taxe incitative sur l'énergie – y compris sur l'électricité produite de manière polluante à l'importation, comme nous l'avons déjà proposé – tout en offrant des alternatives, grâce à des soutiens efficaces au développement des renouvelables.