Adèle Thorens à propos de la décision de la CEATE-N sur le climat

Nous devons réduire nos émissions de CO2 prioritairement dans nos frontières. C’est une question de responsabilité, mais aussi économique: les mesures concernées sont créatrices d’emplois et réduisent notre dépendance aux énergies fossiles importées.

La Commission de l’environnement du Conseil national a décidé de réduire nos émissions de CO2 pour moitié à l’étranger. Ceci serait moins cher selon une majorité bourgeoise de la commission. Ce calcul est cependant faux. Car chaque année, nous dépensons environ 10 milliards de francs pour acheter de l’énergie fossile à l’étranger. Nous ferions mieux d’investir en Suisse dans des projets de préservation du climat, ce qui permettrait de créer de nombreux emplois durables dans l’économie locale.

Les Verts présenteront un plan d’action sur la protection du climat lors de leur Assemblée des délégué-e-s le 25 avril prochain à Renens (VD). Ce plan d’action est particulièrement important dans le contexte du Sommet sur le climat qui se tiendra en décembre à Paris afin de voter un accord pour faire suite au Protocole de Kyoto.