Les FMB doivent enfin débrancher Mühleberg

Statt das Urteil des Bundesverwaltungsgericht ans Bundesgericht weiterzuziehen, soll der Berner Energiekonzern BKW jetzt alle Anstrengungen in die Energiewende stecken. Die Grünen fordern, dass das AKW Mühleberg umgehend vom Netz geht und dass das Rahmenbewilligungs-Gesuch für Mühleberg II zurückgezogen wird.

Au lieu de recourir auprès du Tribunal fédéral contre le jugement du Tribunal administratif fédéral, les Forces motrices bernoises (FMB) feraient bien mieux d’engager toutes leurs forces pour accélérer la transition énergétique. Les Verts leur demandent d’arrêter immédiatement la centrale nucléaire de Mühleberg et de retirer leur demande d’autorisation générale pour Mühleberg II.

Les plans que les FMB ont annoncés aujourd’hui pour leur futur énergétique sont pleins de contradictions :

  • En tant qu’exploitantes de la centrale nucléaire de Mühleberg, les FMB cherchent à gagner du temps. Elles veulent maintenir Mühleberg jusqu’en 2022, alors que selon le jugement du Tribunal administratif fédéral, il n’est même pas certain que la centrale soit encore en service l’année prochaine.
  • Les responsables des FMB disent vouloir miser sur les énergies renouvelables. Cela n’est pas compatible avec les coupes qu’elles ont récemment annoncées dans ce domaine précis.
  • En ce qui concerne un remplacement de la production de la centrale nucléaire sans impact sur le climat, les FMB n’ont pas un message clair. Les Verts ont l’impression que l’option centrales à gaz reste ouverte.
  • Les Verts saluent qu’avec la nomination de Kurt Schär, directeur de Swissflyer, au conseil d’administration, les FMB se dotent de compétences pour la transition énergétique. Ils ne comprennent cependant pas que le pro-nucléaire Kurt Rohrbach soit chargé de mettre en œuvre la nouvelle stratégie.

Ce que veulent les Verts
Les Verts maintiennent leur position : la centrale nucléaire de Mühleberg doit être arrêtée dans les plus brefs délais. Ils attendent en outre que le gouvernement bernois utilise son influence et nomme des experts des énergies renouvelables à la tête du groupe. Le directeur actuel, Kurt Rohrbach, ne doit pas être muté comme prévu au conseil d’administration. L’initiative des Verts pour la sortie du nucléaire reste nécessaire. Elle a déjà recueilli 100'000 signatures.