Le deuxième obstacle à la sortie du nucléaire est levé

Les Verts sont heureux que le Conseil national se soit prononcé contre de nouvelles centrales nucléaires lors de sa séance d’aujourd’hui.

Le deuxième obstacle à la sortie du nucléaire est levé – mais il reste encore beaucoup à faire

Les Verts sont heureux que le Conseil national se soit prononcé contre de nouvelles centrales nucléaires lors de sa séance d’aujourd’hui. Il confirme ainsi l’orientation donnée par le Conseil fédéral à la politique énergétique suisse. Pourtant ni le Parlement ni le gouvernement n’ont fixé de délai pour l’arrêt des centrales actuellement en exploitation. Le Conseil des Etats doit réparer cette omission avant les élections de l’automne. L’initiative des Verts pour la sortie du nucléaire montre le chemin à suivre et garantit que le but soit atteint.

La décision prise aujourd’hui au Conseil national montre que le combat que les Verts mènent sans relâche depuis des années contre le nucléaire commence à porter ses fruits. Leur conviction qu’il faut en finir avec cette technologie de mort devient peu à peu majoritaire. Notre pays est pourtant encore loin d’être débarrassé de ses centrales nucléaires.

D’autres étapes décisives doivent suivre pour sortir définitivement de l’atome :

  • Les décisions du Conseil fédéral et du Parlement doivent être confirmées par le Conseil des Etats. Les Verts exigent qu’il se prononce avant les élections fédérales.
  • Un délai doit absolument être fixé pour l’arrêt des centrales actuellement en exploitation. Le Conseil des Etats doit rajouter ce point.
  • Le Conseil fédéral doit soumettre au Parlement un plan de sortie juridiquement contraignant, prévu au plus tôt pour 2012. Or la composition du Conseil fédéral peut changer d’ici-là, et avec elle la position de base actuellement défendue.
  • La surveillance des installations nucléaire doit être enfin confiée à un organe réellement indépendant et neutre.

L’initiative pour sortir du nucléaire reste nécessaire
L’initiative lancée par les Verts exige un programme concerté pour sortir du nucléaire d’ici 2029. La voie de l’initiative populaire est la plus sûre, puisqu’elle permet d’inscrire la sortie du nucléaire dans la Constitution suisse. Une décision populaire ne peut pas être remise en cause pour des motifs tactiques ou en fonction de la stratégie électorale des partis, comme c’est le cas en Allemagne, où le délai d’arrêt des centrales nucléaires ne cesse de changer au gré des opportunités politiques. Un exemple qui montre clairement que l’initiative pour la sortie du nucléaire est le seul moyen d’atteindre ce but.