Sortie du nucléaire : Tenez vos promesses électorales !

Les Verts somment les membres du Conseil national de tenir leurs promesses électorales en décidant de sortir du nucléaire, c'est-à-dire de limiter l’exploitation des centrales suisses. Lors des élections nationales de 2011, 137 députés siégeant actuellement au Conseil national ont affirmé soutenir la sortie du nucléaire.

Sortie du nucléaire : Tenez vos promesses électorales !

Les Verts somment les membres du Conseil national de tenir leurs promesses électorales en décidant de sortir du nucléaire, c'est-à-dire de limiter l’exploitation des centrales suisses. Lors des élections nationales de 2011, 137 députés siégeant actuellement au Conseil national ont affirmé soutenir la sortie du nucléaire.

 

La sortie du nucléaire était dans toutes les bouches en 2011, année électorale. C’est pourquoi la plate-forme en ligne Smartvote a demandé à tous les candidats s’ils l’approuvaient : 112 membres actuels du Conseil national ont à l’époque répondu oui ; 25 autres « plutôt oui » (lien du tableau Smartvote). Tous les membres des Verts, du PS, des Vert’libéraux, du PDC, presque tous les membres du PBD étaient favorables au tournant énergétique en 2011, et même une majorité du PLR. 

 

Le Conseil national peut décider la sortie du nucléaire, si tous les députés tiennent leur promesse électorale. Nous les sommons de tenir parole et de fixer une date-butoir ! 

 

Adèle Thorens

   

 

Sans délai clair de mise hors service, on ne peut pas parler de sortie du nucléaire #accidentnucleaire, c’est ce qu’affirmaient il y a déjà quelques années les présidents de parti suivants (nous traduisons) :

 

Il ne s’agit pas de se demander si la Suisse peut s’en sortir sans courant nucléaire, mais à partir de quand.


 

Christophe Darbellay, PDC
(Aargauer Zeitung, 30 mars 2011)

 

Nous devons enfin fixer des durées d’exploitation.


 

Hans Grunder, BDP
(Sonntagszeitung, 13 mai 2012)

 

Notre objectif doit être d’en finir avec le nucléaire en 2035.


 

Martin Bäumle, Vert'libéraux
(Sonntagszeitung, 13 mai 2012)

 

La Stratégie énergétique 2050 doit prévoir des mesures supplémentaires pour remplacer les centrales nucléaires :

  • encourager les économies d’énergie : des prescriptions d’efficacité pour les gestionnaires de réseau et des certificats négociables pour les gains d’efficacité (certificats blancs) accélèreraient le tournant énergétique
  • développer les énergies renouvelables, en particulier le photovoltaïque : aujourd’hui, il y a tant de projets réalisables sur la liste d’attente de la RPC qu’ils pourraient remplacer les paléo-centrales de Beznau et de Mühleberg. La Stratégie énergétique 2050 doit enfin libérer les moyens nécessaires pour ces investissements.

Le tournant énergétique ne profite pas seulement à l’environnement, mais aussi à l’économie : il crée de nouveaux emplois et de la valeur ajoutée dans des branches de pointe, ce qui permettra à la Suisse de retrouver son rôle pionnier dans le secteur de l’énergie. #economieverte

 

Liens:

Pour en savoir plus :

Adèle Thorens, co-présidente, conseillère nationale VD, membre CEATE, 079 478 90 05

Robert Cramer, vice-président, conseiller aux Etats GE, membre CEATE, 079 250 05 00

Balthasar Glättli, président du groupe, conseiller national ZH, membre CIP, 076 334 33 66

Christian van Singer, conseiller national VD, 078 793 61 78