Décision de l'IFSN relative à la centrale de Mühleberg

Die Sicherheit von Atomkraftwerken ist nicht verhandelbar. Trotzdem soll nun gemäss BKW das AKW Mühleberg ohne wesentliche Verbesserung der Sicherheit bis 2019 weiterlaufen. Das ist verantwortungslos. Die Atomaufsichtsbehörde ENSI darf diesen Entscheid der BKW nicht absegnen.

Les Verts réclament une fin contraignante et rapide de Mühleberg

L’autorité de surveillance en matière nucléaire IFSN laisse la porte ouverte aux FMB pour exploiter la centrale de Mühleberg jusqu’en 2019. Et ceci sans fixer de délai contraignant aux FMB et sans exiger une amélioration pourtant nécessaire de la sécurité. L’autorité s’agenouille. Les Verts s’engageront par conséquent au Parlement pour une réglementation sûre pour l’arrêt de la centrale et une durée contraignante d’exploitation. Si tous leurs efforts devaient échouer, ils misent sur leur initiative pour la sortie du nucléaire, selon laquelle Mühleberg doit être arrêtée en 2017 – au plus tard !

Conditions insuffisantes

Les Verts se réjouissent certes que pour la première fois en Suisse une date soit fixée pour le débranchement d’une centrale nucléaire. Mais cela ne doit pas se faire au prix de dangereuses concessions. La décision de l’IFSN est irresponsable ; pour faire plaisir aux FMB, elle autorise la poursuite de l’exploitation de Mühleberg jusqu'en 2019, moyennant des améliorations bon marché et insuffisantes.

L’IFSN doit agir et non plus attendre

Que l’IFSN n’ait pas eu le courage de maintenir ses précédents objectifs en matière de sécurité montre la grande faiblesse de la surveillance en matière nucléaire en Suisse. Les Verts n’acceptent pas que l’IFSN mette la tête dans le sable et exigent une décision claire en faveur de la sécurité. La protection de la population contre les dangers d’un accident nucléaire doit toujours et dans tous les cas primer sur les intérêts économiques de l’exploitant. La décision est de ce fait d’autant plus incompréhensible que l’horizon 2019 pour la centrale n’est même pas définitif. Les Verts s’attendaient au minimum à ce que l’IFSN demande l’arrêt définitif.

Refroidir jusqu’au dernier jour

La décision de l’IFSN ne correspond pas aux conditions actuelles de la technique de mise à niveau. La sécurité d’une centrale doit être assurée jusqu’au dernier jour. Le refroidissement doit être garanti également lors de l’arrêt et du démantèlement. Mais puisqu’on a ici renoncé à une alimentation de refroidissement indépendante de l’Aar et résistant aux tremblements de terre et aux crues, le processus ne peut pas être assuré.

L’initiative pour la sortie du nucléaire gagne en importance

La décision de l’IFSN montre clairement que les dispositions légales en vigueur sont insuffisantes pour un arrêt ordonné des centrales existantes. Les Verts exigent par conséquent du Parlement qu’il crée enfin des règles claires. Leur initiative pour la sortie du nucléaire, actuellement traitée au sein de la Commission de l’environnement (CEATE), contient une proposition concrète. L’initiative veut limiter la durée de vie d’une centrale à 45 ans. Avec l’initiative, Mühleberg serait arrêtée définitivement en 2017.

Selon l’initiative, Beznau, la plus vieille centrale au monde, devrait aussi être débranchée. Dans le canton d’Argovie, les Verts le réclame dans une lettre ouverte à AXPO, l’exploitant de Beznau.