Le Bureau des Verts dit non à l'atome

Le Bureau des Verts suisses en faveur d’une initiative pour sortir du nucléaire

En séance aujourd’hui à Berne, le Bureau des Verts suisses s’est prononcé à l’unanimité pour le lancement d’une initiative demandant que la Suisse abandonne l’énergie nucléaire d’ici 2024. Il recommande à l’assemblée des délégués du 9 avril prochain de donner son aval au projet et de prévoir le début de la récolte de signatures en mai déjà. Le texte de l’initiative a été déposé à la Chancellerie fédérale pour examen préalable. Les Verts souhaitent l’alliance la plus large possible pour sortir du nucléaire et pour soutenir cette initiative.

La catastrophe de Fukushima prouve malheureusement aujourd’hui ce que les experts savent depuis longtemps : pour produire de l’énergie, il n’y a pas technologie plus dangereuse que le nucléaire. Les centrales nucléaires coûtent extrêmement cher à construire, à exploiter et à démanteler, et le problème des déchets n’a jamais pu être résolu. Le Bureau des Verts demande à l’assemblée des délégués de prendre position sur un projet d’initiative visant l’interdiction pure et simple des centrales nucléaires en Suisse dès 2024. Les centrales vétustes de Mühleberg et Beznau doivent être mise hors service dans les plus brefs délais. Les autres centrales devront être arrêtées après 40 ans d’exploitation au plus tard, ou plus rapidement si la sécurité l’exige.

Sobriété, efficience et énergies renouvelables
Les Verts ont élaboré un plan d’action fondé sur les économies d’énergie, l’efficience énergétique et les énergies renouvelables. Ils démontrent chiffres à l’appui qu’en agissant sur ces trois axes, la Suisse peut se passer de ses cinq centrales nucléaires dès 2024 déjà. Sortir du nucléaire est une question de volonté politique, et le peuple doit pouvoir choisir un avenir énergétique propre et sûr. C’est ce que lui permettra l’initiative pour sortir du nucléaire, approuvée aujourd’hui par le Bureau des Verts suisses. L’assemblée des délégués devrait donner son feu vert le 9 avril à Bâle, avant le lancement proprement dit, qui pourrait avoir lieu en mai.