Si aucune limite à la durée d’exploitation des centrales n’est fixée, l’initiative sur la sortie du nucléaire sera votée

Le Conseil des Etats débat de la stratégie énergétique 2050

Le Conseil des Etats doit fixer une limite à la durée d’exploitation des centrales. C’est ce que veut l’initiative des Verts sur la sortie du nucléaire. Celle-ci a de réelles chances d’être acceptée par le peuple, comme le montre le dernier sondage GFS. 

Le groupe parlementaire des Verts invite le Conseil des Etats à corriger les décisions de sa Commission de l’environnement. Celle-ci a annulé la décision prise en août dernier par le Conseil national de limiter la durée d’exploitation des centrales. Les antiques centrales de Mühleberg et de Beznau pourraient ainsi fonctionner pendant encore plus de 15 ans. C’est un très mauvais signal! Le Conseil des Etats doit revenir sur cette décision extrêmement dangereuse. Faute de quoi, les Vers porteront leur initiative sur la sortie du nucléaire devant le peuple.

Selon la dernière étude GFS, l’initiative a de très grandes chances d’être acceptée en votation: les trois quarts de la population continuent à soutenir la sortie du nucléaire et plus des deux tiers souhaiteraient limiter la durée d’exploitation des centrales, comme le demande l’initiative. Celle-ci prévoit que les centrales nucléaires suisses puissent rester 45 ans au maximum dans le réseau. En cas de problèmes de sécurité, elles pourraient être fermées avant ce délai. C’est déjà le cas aujourd’hui avec les graves carences que présentent les deux antiques centrales de Beznau et Mühleberg.

Le Conseil des Etats votera le 23 septembre sur le projet. Les décisions définitives sur la stratégie énergétique 2050 ne seront prises qu’après les élections fédérales. 

Robert Cramer

« Le Conseil des Etats doit fixer une limite raisonnable à l’exploitation des centrales nucléaires. Sinon notre initiative a de bonnes chances d’être adoptée par le peuple. »