Conférence de presse: Le tournant énérgetique n'a pas besoin de gaz de schiste

Les Verts s’opposent à l’extraction d’énergie fossile en Suisse

Les Verts s’opposent aux projets d’extraction de gaz de schiste en Suisse, car ils sont dangereux pour le climat et l’environnement. Ils demandent une interdiction de l’extraction non conventionnelle d’énergie fossile sur tout le territoire. Une évaluation de l’impact sur l’environnement devrait en outre obligatoirement être réalisée dans les régions transfrontalières, afin de protéger les êtres humains et la nature. Les Verts demandent enfin des prescriptions uniformes pour les forages en profondeur. Ils déposeront une série d’interventions sur le sujet à la session d’automne.

La recherche de nouvelles ressources gazières et pétrolières a aussi gagné la Suisse. Dans plusieurs cantons, des projets d’extraction de gaz de schiste par fracturation hydraulique (fracking) sont sur la table. Adèle Thorens, coprésidente des Verts, le dit clairement: «Nous n’avons pas besoin du gaz de schiste pour mener à bien le tournant énergétique. L’extraction non conventionnelle d’énergie fossile en Suisse doit être interdite ou au moins soumise à un moratoire. Elle s’oppose à notre politique climatique et met les êtres humains et l’environnement en danger. Lors de la dernière session, le Conseil national a soutenu un postulat d’Aline Trede allant dans ce sens. Pour les projets étrangers dans les régions frontalières, nous demandons en outre une évaluation d’impact sur l’environnement (EIE) obligatoire, afin de pouvoir mieux en estimer les effets en Suisse. »

Les risques du fracking
L’extraction non conventionnelle de gaz de schiste par la méthode du « fracking » consiste en un forage dans les couches schisteuses profondes. Celles-ci sont fracturées par injection d’eau, de sable et d’un cocktail de produits chimiques afin d’ouvrir les micropores dans lesquelles se trouve le gaz. Cette technique comporte des risques sismiques et de pollution des eaux souterraines. Les forages peuvent en outre faire jaillir le gaz de manière incontrôlée. La plupart des forages profonds sont horizontaux et les risques qu’ils impliquent dépassent les frontières. Les cantons et les pays voisins sont donc aussi concernés.

Les Verts s’engagent au-delà des frontières
Les Verts s’opposent aux projets d’extraction non conventionnelle d’énergie fossile dans tous les cantons où ils existent: les Verts neuchâtelois envisagent de lancer une initiative cantonale pour empêcher le projet de Noiraigue et les Verts saint-gallois combattent le projet des régions de Constance et de Biberach (lac de Constance) aux côtés des Verts allemands et autrichiens.

Premiers succès dans les cantons de Genève et Vaud
Grâce à une motion des Verts, le canton de Genève va interdire l’extraction non conventionnelle de gaz de schiste et s’opposera, dans les organes transfrontaliers, à l’extraction de gaz de schiste par fracturation hydraulique. Dans le canton de Vaud aussi, les Verts ont contribué au moratoire sur l’extraction non conventionnelle d’énergie fossile.

Des règles communes pour les forages profonds
La fracturation hydraulique est aussi utilisée dans la géothermie profonde.
« Il faut des règles communes claires pour les forages profonds en Suisse, qui permettent une exploitation sûre de la géothermie », affirme Aline Trede, conseillère nationale bernoise. « Ce dont nous avons besoin, ce sont des investissements dans l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Les recherches en matière de géothermie profonde comme source d’énergie renouvelable en Suisse en font aussi partie. »