Gaz / Charbon

Introduction

Les Verts sont contre les grandes centrales à gaz, et en particulier contre les centrales à charbon. Ce sont des poisons pour le climat. Grâce aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables, l’énergie nucléaire deviendra superflue et ne devra pas être remplacée par de l’énergie produite au gaz ou au charbon. Une chose est claire : le bilan de CO2 de la Suisse ne doit pas s’empirer. Les émissions de CO2 devraient même pouvoir être réduites.

Les Verts exigent, bien entendu, que l’on arrête d’importer en Suisse du courant provenant d’agents fossiles et d’investir dans des centrales au gaz ou au charbon, situées à l’étranger, pour l’approvisionnement énergétique suisse.

CONFERENCE DU BODENSEE 2014: STOP A LA FRACTURATION HYDRAULIQUE (FRACKING)

Réunis à l’occasion de la 2e Conférence du Lac de Constance à Bregenz, des responsables verts de Suisse, d’Allemagne, du Luxembourg, du Liechtenstein et de l’Autriche se sont prononcés contre les projets de fracturation hydraulique en Europe et en faveur d’une accélération du tournant énergétique vert.

Le Lac de Constance étanche la soif de 5 millions de personnes. Son eau de très bonne qualité est menacée : la présence supposée de gaz de schiste au Nord du lac fait craindre l’apparition de la fracturation hydraulique dans la région. Les Verts des pays limitrophes combattent de tels projets, qui injectent un dangereux cocktail toxique dans les profondeurs afin d’obtenir du gaz.

Communiqué (en all.)

Agrocarburants

Avec l’augmentation constante des prix des produits pétroliers et les changements climatiques, les cultures de plantes pour la production de carburants ont la cote. Par conséquent, les prix des denrées alimentaires explose au niveau mondial et la menace de la famine pèse sur des millions de personnes. Les voitures des riches consomment la nourriture des pauvres. Dans tout cela, même l’esprit « bio » n’est pas favorable à l’environnement, comme il a été confirmé par une étude de la Confédération. Les Verts exigent dès lors un moratoire des importations et une prise de distance vis-à-vis des privilèges fiscaux accordés aux agrocarburants.