Résolution en faveur des régions de montagne

Régions de montagne : des perspectives de développement durable

La co-présidence des Verts suisses a adopté aujourd’hui un projet de résolution sur les solutions vertes pour les régions de montagne. Cette résolution sera soumise aux délégués lors de leur assemblée le 24 août à Viège. Le parti écologiste est convaincu qu’accompagnée de mesures adéquates, la lex Weber peut donner l’opportunité aux régions de montagne de se développer de manière plus durable. La résolution reprend notamment les revendications que le groupe parlementaire a formulées lors de la dernière session dans un postulat relatif à la mise en œuvre de l’initiative sur les résidences secondaires.

Changements structurels, transit alpin, réchauffement climatique mettent les régions de montagne sous pression. C’est pourquoi, sur mandat du comité directeur, les co-présidentes des Verts suisse, Regula Rytz et Adèle Thorens, ont élaboré un projet de résolution sur les perspectives de développement de ces régions. Assortie de propositions, cette résolution se veut également une réponse à l’initiative sur les résidences secondaires, qui place les régions de montagne devant de nouveaux défis.

« Les Alpes sont un lieu idéal pour produire du courant vert. Outre l’énergie hydraulique, le solaire et l’éolien jouent un rôle croissant. Le tournant énergétique est donc une chance pour les habitants des Alpes », précise Adèle Thorens. Les Verts demandent un engagement spécifique de la Confédération en matière d’assainissement énergétique et de rénovation du bâti hôtelier et touristique dans les Alpes. Quant à la production d’énergies renouvelables, il convient de construire de nouvelles installations et de développer celles qui existent déjà tout en ménageant le paysage.

Les Verts considèrent qu’il y a également un potentiel de développement dans le tourisme durable et l’agriculture de montagne. Ils veulent renforcer la politique régionale, assortie de critères stricts de durabilité, faire avancer la protection du climat et transférer enfin le transit routier sur les rails. L’argent prévu pour la construction d’un 2e tunnel au Gothard serait bien mieux investi dans la promotion des transports publics.

Lors de la session d’été, le groupe parlementaire écologiste avait déjà déposé un postulat qui invite le Conseil fédéral à étudier « des mesures d'accompagnement pour un développement économique durable dans les régions touchées par la Lex Weber ».

Commentée par différents experts et expertes verts, la résolution sera débattue et adoptée par les délégués lors de leur assemblée du 24 août à Viège.