Les Verts déposent des interventions contre le chômage

Les Verts et le PS ont revendiqué la convocation d’une session extraordinaire des Chambres fédérales pour traiter du chômage croissant. Il faut impérativement prendre des mesures pour créer de nouveaux emplois. Face au mauvais résultat des débats au Conseil national les Verts ont déposé aujourd’hui sept interventions.

Le taux de chômage en Suisse est actuellement de 4 pour cent. Il augmentera selon les prévisions de 2010 jusqu’à au moins 5 pour cent. Pour cette raison les Verts ont déposé ce vendredi 11 décembre 2009 plusieurs interventions pour la session extraordinaire.

Afin d’amortir le chômage, il faut des mesures à différents niveaux :

Un quatrième programme conjoncturel
Le Conseil fédéral doit s’engager à préparer un quatrième programme, qui permette de maintenir et de créer de nouveaux emplois afin de renforcer l'économie réelle, et ce au moyen d’investissements et de soutiens aux investissements dans la transformation écologique de l’économie.

Une meilleure répartition du travail disponible
Une réduction des heures supplémentaires et l’encouragement de postes partagés et de postes à temps partiel sont un moyen efficace pour créer de nouveaux postes de travail, dont le besoin est urgent. Le Conseil fédéral est appelé à entreprendre des efforts concrets, et partant à développer un concept pour combattre le chômage en convertissant en nouveaux emplois les heures supplémentaires, payées dans les secteurs public et privé.

Le développement des offres de formation et de formation continue
La loi sur l'assurance-chômage doit être complétée par un article qui permette de prendre en compte les formations et les expériences professionnelles déjà acquises et d’ouvrir aux adultes l’accès ultérieur à un enseignement professionnel.

L’aménagement de conventions collectives de travail
Les conventions collectives de travail comme les contrats-types de travail doivent avoir un caractère contraignant dans les cantons, dès lors que le chômage augmente nettement. Les entreprises qui engagent des chômeurs, des apprentis, des invalides ou des chômeurs de longue durée, doivent pouvoir profiter de réductions d’impôts.