Oui à la consigne - comme contribution à l'économie verte

Les Verts sont pour la réintroduction de la consigne sur les contenants de boissons, car elle incite à un usage parcimonieux et plus écologique des emballages. Elle renforce aussi le principe du pollueur payeur et apporte une contribution bienvenue à la réduction des déchets dans les campagnes et les villes.

Les Verts veulent moins d'emballages et ceux-ci doivent afficher le meilleur bilan écologique possible. Consigner les bouteilles et les canettes de boissons peut stimuler un système de contenants réutilisables et accroître les taux de collecte. Les Verts soutiennent donc l'initiative parlementaire Gmür, qui demande l'introduction d'une consigne sur toutes les bouteilles et canettes de boisson.

Avec 81 % pour le PET, 91% pour l'aluminium et près de 94 % pour le verre, les taux de recyclage en Suisse sont excellents. Cependant, la quantité absolue du verre et de l'aluminium non recyclés a été multipliée par trois environ ces dix dernières années. Des expériences menées en Allemagne montrent qu'avec la consigne, il est possible d'atteindre 99 % de retours. Ainsi, les 9‘000 tonnes de PET et les 15‘000 tonnes de verre, qui finissent chaque année à la décharge peuvent être réintroduites dans le cycle des matériaux.

Moins d'ordures grâce à la consigne
La consigne est une mesure bienvenue contre la pollution des campagnes et des villes. En effet, les emballages de boissons représentent bon an mal an largement plus de 50% des déchets laissés dans les parcs publics. Avec la consigne, les consommatrices et consommateurs collectent des matériaux dotées d'une valeur financière et les rapportent au point de vente – au lieu de les laisser traîner n'importe où. C'est ce qui se passe chaque été dans les festivals Open-Air.

Principe du pollueur payeur: mettre le commerce de détail à contribution
Aujourd'hui en Suisse, le commerce de détail s'est déchargé sur les collectivités publiques d'une partie des frais d'élimination des emballages. Les communes doivent installer des points de collecte, les entretenir et assumer les frais d'élimination de l'entreposage sauvage des déchets. Cet investissement est financé par des taxes poubelle de base ou les impôts, étant donné que les taxes d'élimination des déchets ne suffisent pas à couvrir ces frais. Même lorsque des producteurs de boissons introduisent des bouteilles réutilisables, celles-ci ne sont pas toujours consignées par les commerçants, qui estiment que les frais engendrés par leur collecte sont trop lourds pour eux. Pour les Verts, le commerce de détail devrait de nouveau assumer intégralement les frais d'élimination des emballages. Cela poussera à un usage économe des matériaux. Avec la consigne, les montagnes de bouteilles retournent automatiquement à un point de vente et non dans l'espace public.

Economie verte
Outre la consigne, d'autres efforts sont nécessaires pour parvenir à diminuer la quantité d'emballages et ceux-ci doivent être recyclables. L'initiative pour une économie verte montre la voie. Elle demande un usage efficient des ressources de manière à réduire notre empreinte écologique à une seule planète d'ici à 2050.

En savoir plus:
étude recycling (pdf, allemand)