L’économie verte, une condition pour un développement durable

Les Verts suisses approuvent le plan d’action « Stratégie pour le développement durable » du Conseil fédéral. Toutefois, pour diminuer la consommation de ressources et d’énergie en Suisse, les Verts réclament des objectifs contraignants. Les Verts demandent une transformation écologique de l’économie. L’initiative populaire pour une économie verte ouvre la voie. L’économie verte est aussi le sujet principal de Rio+20. La Suisse devrait avoir les mêmes ambitions pour elle-même que celles qu’elle affiche dans le cadre de la conférence internationale de Rio.

Le renouvellement de la « Stratégie pour le développement durable » pour 2012-2015 et le renforcement du niveau institutionnel rencontre l’approbation des Verts. A défaut de cohérence avec d’autres objectifs stratégiques, cette stratégie apporte peu de choses. La « Stratégie pour le développement durable » est étroitement liée avec l’utilisation durable des ressources, la stratégie énergétique 2050 et la politique climatique. Les Verts demandent que ces différentes stratégies soient coordonnées entre elles en matière d’objectifs, de planification et de monitoring. Cette demande est également contenue dans un postulat déposé récemment par les Verts.

Des objectifs contraignants
A la Conférence de l’ONU à Rio, la Suisse s’engage pour des objectifs contraignants. De tels objectifs sont également nécessaires en Suisse. D’importants indicateurs de base démontrent que la stratégie de durabilité de la Confédération n’a jusqu’à présent pas suffi.
L’utilisation de ressources et d’énergie continue d’augmenter massivement en Suisse. Les Verts réclament par conséquent du Conseil fédéral un engagement nettement pus important en faveur de l’économie verte. Une économie dont les produits soient durables et efficients et qui soit soutenue par des mesures étatiques concrètes.

L’initiative des Verts
L’initiative populaire pour une économie verte (www.economieverte.ch), en cours de récolte de signatures, formule la même exigence. L’initiative a pour objectif de réduire l’empreinte écologique de la Suisse à une seule planète d’ici 2050. Elle encourage la recherche et l’innovation, jette les bases d’une réglementation écologique pour les produits et permet une réforme fiscale. Une économie verte repose sur le principe du pollueur-payeur et incite à une utilisation des ressources respectueuses de l’environnement.