Electronique verte

Le secteur électronique doit devenir durable

Chaque année, l’infrastructure numérique suisse a un impact sur l’environnement comparable à celui causé par un million de voitures. Cette tendance est à la hausse. Pour les Verts, il est temps de prendre des mesures afin de favoriser la production d‘ordinateurs, de serveurs et de smartphones plus équitables, plus durables et moins énergivores.

Ordinateurs, smartphones & consorts sont un apport pour notre quotidien. Question impact écologique et social par contre, ce secteur n’est pas à la pointe du progrès : matières premières provenant de régions en conflit, conditions de travail exécrables lors de leur fabrication et consommation débridée d’énergie et de matériaux. Les Verts ont présenté leurs revendications en vue d’une électronique plus durable lors de leur conférence de presse.

Améliorer la longévité des appareils
En prolongeant la durée de vie des ordinateurs et des téléphones mobiles, on utilise les ressources de manière plus efficiente. Les Verts ont déjà déposé plusieurs interventions générales allant dans ce sens à la session de juin et en préparent une supplémentaire pour décembre. Actuellement, la garantie légale de deux ans n’est imposée qu’aux commerçants. Les Verts veulent l’étendre aux fabricants. De plus, la charge de la preuve sera inversée : ce sera aux commerçants et aux fabricants (et non plus aux consommateurs) de prouver que l’appareil était irréprochable lors de la vente. Enfin, l’exemple suisse why !, lancé par l’ancien Conseiller d’Etat vert vaudois François Marthaler, montre que les ordinateurs peuvent être utilisés nettement plus longtemps s’ils sont réparables et qu’il existe des pièces de rechange.

Populariser l’électronique durable
Des appareils électroniques avec label écologique existent déjà. Le Fairphone prouve que des smartphones peuvent être produits plus équitablement sans être plus chers, ni moins attrayants. Mais ces exemples positifs restent très marginaux. C’est pourquoi le Conseil fédéral devrait conclure un accord sectoriel en faveur d’une électronique plus équitable et durable, qui implique aussi bien les fabricants que les gros consommateurs. Ainsi, l’achat de quelque 20 000 Smartphones et tablettes pour le personnel CFF pourrait être estampillé EE (écologique et équitable). La Confédération devrait prendre les devants. Depuis le début de l’année, l’utilisation efficace des ressources est un critère contraignant pour les marchés publics en électronique : il s’agit maintenant de l’appliquer rigoureusement et surtout de lui ajouter des critères sociaux, qui sont pour le moment inexistants.

Rendre le transfert de données plus écologique
Envoyer des courriels et regarder des films en ligne nécessitent de l’énergie, non seulement pour son ordinateur, mais également pour les appareils qui stockent les données. Les centres de calcul en Suisse sont en augmentation. Le Conseil fédéral devrait par conséquent évaluer des mesures pour les rendre moins énergivores, que ce soit au niveau de leurs dimensions, serveurs ou systèmes de refroidissement. Et avec du courant issu d’énergies renouvelables, de tels centres peuvent être exploités tout en préservant le climat.

Discours de la conférence de presse

Liens