Raréfaction des ressources et montagnes de déchets: Le Conseil fédéral constate qu'il faut agir Economie verte: Seule l'initiative permet d'atteindre un bon résultat

Afin de répondre au risque d’épuisement des ressources et aux montagnes de déchets, nous devons encourager les produits durables et de qualité, ainsi que la revalorisation de leurs matériaux.

La Suisse est la 2e plus grande productrice de déchets ménagers par personne en Europe. Pour les Verts, le Conseil fédéral va dans la bonne direction en encourageant une économie ménageant les ressources. Mais sans mesure ambitieuse la Suisse ne réussira pas à renverser la vapeur à temps. L’initiative pour une économie verte crée les incitations nécessaires, qui ont d’ailleurs fait leurs preuves dans les pays voisins.

En prenant connaissance du rapport « Économie verte : mesures de la Confédération pour préserver les ressources et assurer l'avenir de la Suisse », le Conseil fédéral confirme qu’il est nécessaire d’utiliser les ressources naturelles de manière plus rationnelle. En effet, en Suisse les montagnes de déchets ne cessent de croître, ainsi que la pollution de l’environnement, même si la majeure partie (quelque 70%) de notre impact écologique a lieu à l’étranger. L’initiative pour une économie verte permettra d’instaurer enfin des conditions-cadre favorables à un usage efficient des ressources, p.ex. pour limiter l’importation d’huile de palme produite en déboisant des forêts primaires. Par ailleurs, elle encourage les produits de qualité et durables, ainsi que la revalorisation de leurs matières premières.

Sur le fond, les Verts soutiennent l’orientation prise par le Conseil fédéral. Mais sans mesures ambitieuses ni objectifs clairs, ces efforts sont vains. Dans son contre-projet à l’initiative pour une économie verte, le Conseil fédéral a donné plusieurs pistes pour une application concrète de l’initiative. Après le rejet par le parlement, tant de l’initiative que du contre-projet, c’est à la population de se prononcer.

La Suisse perd du terrain
A force de tergiverser, la Suisse est à la traîne. Par exemple, l’UE a récemment pris des mesures ambitieuses en faveur de l’économie verte.

Cet automne, c’est le peuple qui pourra passer à l’acte : en disant Oui à l’initiative pour une économie verte, il créera les bases d’une économie durable et fondée sur une gestion efficiente des ressources. Car, l’initiative instaure des règles du jeu équitables pour les entreprises, crée des emplois d’avenir, encourage la qualité et l’innovation et réduit les coûts grâce à l’efficience énergétique et des matériaux.