Les partis bourgeois torpillent l’économie verte

Révision de la loi sur la protection de l’environnement au Conseil national

Au final, les partis bourgeois ont rejeté la révision de la loi sur la protection de l’environnement. C’est scandaleux ! Après les élections, un nouveau Parlement devra corriger cette monumentale erreur.

Les partis bourgeois PLR, UDC et une partie PBD et du PDC, ont rejeté aujourd’hui la nouvelle loi sur la protection de l’environnement (LPE). Ils se sont montrés dogmatiques en rejetant la protection de l’environnement, l’innovation et l’économie de demain. Alors même que les secteurs les plus concernés (Cleantech, la valorisation des déchets et les commerces de détail comme Coop et Migros) s’étaient rangés derrière le compromis raisonnable proposé par Doris Leuthard.

Refus de l’économie circulaire et de la préservation des ressources
Par sa décision, le Conseil national fait fi de la surexploitation des ressources comme le défrichement des forêts vierges ou la surpêche des océans. Il bloque des mesures importantes pour développer le recyclage du plastique, des métaux et d’autres déchets. Il bloque également des améliorations écologiques urgentes pour des matières importées comme le bois et l’huile de palme.

Seul le nouveau Parlement pourra sauver la révision de la LPE, dont le sort dépend donc désormais des représentant e s que l’électorat désignera le 18 octobre. La révision de la LPE est le contre-projet indirect à l’initiative pour une économie verte.

Adèle Thorens Goumaz

«Cette décision est purement dogmatique. C’est une gifle pour la protection de l’environnement et l’économie de demain.»