Alec von Graffenried à propos des principes directeurs de l'ONU

Dans une économie mondialisée, une protection juridique mondiale est également nécessaire. Malheureusement, le rapport présenté aujourd’hui ne nous rapproche pas de ce but. Notre engagement aux côtés de l’initiative pour des multinationales responsables est plus important que jamais.

Les Verts luttent contre les pratiques d’exploitation commises par les multinationales actives dans le négoce des matières premières

Le Conseil fédéral a aujourd'hui publié sa stratégie visant à mettre en œuvre les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme. Il répond ici à un postulat déposé en 2012 par l'ancien conseiller national vert Alec von Graffenried.

Les Verts sont déçus par ce nouveau plan d’action national du Conseil fédéral: il ne propose toujours pas de mesure juridique contraignante et ne parvient pas à aller au-delà des beaux discours. Plus que jamais, l’initiative pour des multinationales responsables est nécessaire. Cette initiative, soutenue par les Verts, demande que les sociétés soient tenues de protéger les droits humains et l’environnement dans l’ensemble de leurs relations d’affaires. Ce devoir de diligence s’applique également à leurs activités à l’étranger.

Un vieux combat des Verts
Les Verts luttent depuis trois décennies déjà contre les pratiques d’exploitation commises par les multinationales actives dans le négoce des matières premières. Les Verts exigent l’instauration de règles claires pour ces multinationales: ils ont notamment déposé plusieurs interventions parlementaires et voté une résolution lors d’une assemblée des délégué-e-s en août 2014. Si la vieille devise des Verts, «Penser globalement – agir localement», reste d’une grande actualité, il est également nécessaire d'agir globalement dans le cadre des règles et des organisations internationales.