Les Verts pour un sommet de crise sur l'appréciation du franc

Les Verts approuvent les mesures prises aujourd’hui par la Banque nationale suisse (BNS) contre le franc fort. Elles ne suffiront cependant pas à stabiliser la monnaie helvétique. Il faut combattre les causes véritables de la crise, et non se contenter d’en atténuer les symptômes. Les Verts appellent à l’instauration de la taxe Tobin et des taux d’intérêt négatifs. Un sommet de crise doit par ailleurs réunir le Conseil fédéral, la BNS et des experts financiers défendant une position critique, afin de discuter notamment d’un taux de change fixe.

La décision concernant le taux directeur prise aujourd’hui par la BNS apparaît aux Verts comme une mesure nécessaire pour lutter à court terme contre la surévaluation du franc suisse. Mais cette décision seule n’aura pas les effets escomptés. Pour les Verts, il est indispensable de poser des limites à la spéculation financière à l’origine du mal.
À cette fin, des instruments efficaces sont une taxe internationale sur les transactions financières (taxe Tobin), des taux d’intérêt négatifs pour les investisseurs étrangers et l’annulation de la dette des pays en difficulté. Ce n’est qu’au prix de telles réformes structurelles que le cercle vicieux de l’endettement et de la spéculation pourra être rompu.

Les avantages du franc fort doivent en outre bénéficier effectivement aux consommatrices et consommateurs suisses. Pour atteindre ce but, il faut autoriser les importations parallèles et démanteler les cartels d’importateurs.

Appliquer la LACI de manière créative
La spéculation sur le franc suisse pourrait avoir de graves effets sur l’économie helvétique et anéantir un grand nombre d’emplois. La loi sur l’assurance-chômage (LACI) doit être appliquée de manière créative, pour palier ce risque et éviter une augmentation du temps de travail à laquelle les Verts sont opposés.

Un sommet de crise
Les Verts demandent également la tenue d’un sommet de crise entre la BNS et le Conseil fédéral. Il sera l’occasion d’analyser les effets d’un taux de change fixe et de communiquer à ce sujet, en explorant tout l’éventail des solutions imaginables.