Pour une politique budgétaire qui fasse preuve de bon sens

Les projets d’épargne du Conseil fédéral témoignent une fois de plus d’une vision bien trop pessimiste des moyens financiers de la Confédération. Sous-estimant chroniquement les recettes, notre gouvernement a beau jeu de présenter comme nécessaires des mesures d’économie nuisibles à l’environnement et à la cohésion sociale. Les Verts sont évidemment en faveur de finances fédérales saines, mais ils s’opposent à des coupures inutiles dans des domaines essentiels pour l’avenir du pays : ils réclament que le budget 2011 prévoie davantage d’argent pour la promotion des énergies renouvelables, la coopération internationale et l’intégration des personnes handicapées.

La clôture du compte de la Confédération témoigne à nouveau cette année de l’excès de pessimisme du Conseil fédéral en matière de budget. Au lieu du déficit prévu de 2 milliards de francs, l’exercice 2010 révèle un excédent de 1,4 milliard. Cette erreur de calcul résulte d’une sous-estimation des recettes. Elle risque de se reproduire en 2011, même en tablant sur une croissance moindre.

Les Verts veulent renverser cette tendance et ont présenté plusieurs propositions lors de la séance de la commission des finances qui s’est déroulée aujourd’hui. Il faut d’une part réaliser les investissements prévus et renoncer à plusieurs mesures d’économie, d’autre part attribuer davantage d’argent à certains domaines-clé.

 Propositions vertes
Les Verts préconisent ainsi d’augmenter de 30 millions de francs les moyens financiers consacrés à la sauvegarde de la biodiversité, au développement des technologies respectueuses de l’environnement et à la promotion des énergies renouvelables. Ce montant comprend 5 millions supplémentaires pour le programme Suisse énergie en faveur d’une politique énergétique intelligente.

Si l’on veut que la Suisse atteigne ses objectifs minimaux en matière de coopération internationale et puisse y consacrer 0,5 % de son PIB à l’horizon de 2015, il est hors de question de priver ce poste de 100 millions de francs. Les Verts s’opposent également à une réduction de 33,5 millions du budget du SECO dévolu à la coopération internationale.

La Confédération a enfin un rôle exemplaire à jouer dans l’intégration des personnes handicapées et dans la création d’opportunités de formations et de stages. Les Verts demandent en conséquence que 8 millions de francs supplémentaires puissent servir à ces buts.