L’initiative de Minder soumise à votation populaire

 L’initiative contre les rémunérations abusives sera traitée à la session des chambres fédérales de mars. Ceci grâce aux propositions formulées par les Verts et le PS. Les manœuvres de retardement on pu être détournées. La commission des affaires juridiques a décidé d’ajouter une contre-proposition, qui ne vas pas aussi loin que l’initiative de Minder. Les Verts et le PS ont déposé plusieurs propositions pour rendre l’initiative encore plus indéfectible ; rendre le paiement des rémunérations plus difficile et ancrer dans la loi l’autorisation des rémunérations des conseils d'administration et des membres de la direction et du comité consultatif.

La délégation de l’UDC s’est exprimée contre un contre-projet et contre la mise à l’ordre du jour de l’initiative lors de la session de mars. Du coup, l’UDC de Blocher donne à penser qu’elle n’avait qu’une chose en tête lorsque-quelle s’est jointe à Minder : reporter la date de la votation pour empêcher le vote populaire avant les élections. Les déclarations contradictoires de Minder lui-même sont aussi surprenantes. Les Verts espèrent que Minder restera fidèle à son but de soumettre son initiative au peuple suisse.

Les Verts se sont pour l’instant exprimé pour l’initiative et pour le contre-projet. La décision finale sur le contre-projet sera prise dès que la version apurée de la votation finale sera présentée. Il faut mettre fin aux rémunérations abusives. Or cette pratique intolérable suit son cours sans frémir, même après la plus grave crise depuis 1929 et le sauvetage par les fonds publics. L’initiative permet d’ initier un changement.