Les Verts pour une meilleure régulation des marchés financiers

Sous sa forme actuelle, le secteur financier n’offre pas les conditions nécessaires à une économie qui ménage les ressources. Les Verts s’engagent en faveur d’une réforme des marchés financiers, indispensable pour juguler les crises du climat et de l’économie. Aujourd’hui, lors de leur Assemblée des délégués à Berne, ils ont adopté un document de position présentant une série de propositions pour un secteur financier plus durable.

Les rendements exagérément élevés que promettent les marchés financiers ne peuvent pas être obtenus de manière durable sans dommages à l’environnement et à la société. La spéculation sur les ressources, monnaies et papiers-valeurs crée en particulier de graves problèmes.

Les Verts présentent aujourd’hui un document de position "pour des marchés financiers au service de l’économie verte" dans lequel ils proposent des règles claires pour stabiliser l’économie et permettre sa transformation écologique. "La politique verte est orientée vers l’avenir", a déclaré le président des Verts, Ueli Leuenberger. "Nous devons saisir l’occasion de favoriser les investissements dans la réorientation de la politique énergétique, la protection du climat et l'économie verte. Nos propositions contiennent d’importantes mesures à prendre pour poser des limites claires à la finance de casino."

Transparence et surveillance
Dans leur document de position, les Verts demandent que les banques et les produits financiers soient soumis à des règles et fassent l’objet d’une surveillance accrue pour une meilleure transparence du secteur. Les transactions extra-boursières doivent être limitées dans toute la mesure du possible. Le commerce des matières premières et des produits dérivés échappe en grande partie à toute forme de contrôle, ce qui le rend particulièrement risqué.

Mais les Verts ne font pas que réclamer des directives, ils veulent aussi mettre en place des incitations : la spéculation à court terme doit être grevée d’un impôt la rendant financièrement moins rentable. Des investissements doivent être dirigés vers l'économie verte grâce à des critères de durabilité standardisés.

Soumettre l’achat d’avions au peuple
Les Verts veulent en outre que les citoyennes et citoyens de ce pays aient le dernier mot en ce qui concerne l’achat de nouveaux avions de combat. Les délégués ont arrêté la procédure suivante : si la décision du Conseil fédéral est sujette à référendum, les Verts lanceront un référendum. Dans le cas contraire, ils participeront à une initiative demandant un moratoire.

Priorité sur les valeurs vertes
Cette assemblée des délégués a aussi été pour les Verts l’occasion d’un coup d’œil rétrospectif sur les résultats des dernières élections. "Le débat gauche-droite et du glissement vers le centre n’est à mon avis pas adéquat pour progresser. C’est important que le toit des Verts reste large", a déclaré Ueli Leuenberger.

Les délégués souhaitent que le parti mette davantage la priorité sur les valeurs vertes et soit perçu comme une force politique qui travaille activement à la recherche de solutions. Cela vaut en particulier pour les thèmes centraux des Verts comme la politique énergétique et la protection du climat. La composition du nouveau Parlement rend soudain possible des majorités en vue de ces objectifs, à condition que les promesses électorales soient effectivement tenues.