Atteindre un objectif de cours contre le franc fort

Contre le franc fort, il faut tout mettre en oeuvre pour atteindre un objectif de cours

Les Verts réclament depuis plusieurs semaines une intervention efficace de la Banque Nationale (BNS) sur le taux de change. Aujourd’hui, la BNS a enfin fixé un taux plancher de 1.20 CHF pour 1 euro, ce que les Verts approuvent totalement. Cette mesure doit maintenant être appliquée de manière conséquente et le taux progressivement amené à 1.40 CHF.

Les Verts réclament depuis des semaines une intervention de la BNS contre le franc fort. Pour protéger les emplois, le tourisme et l’industrie, les Verts demandent qu’un objectif de cours soit poursuivi de manière résolue par des mesures adéquates.

La BNS a clairement fait savoir aujourd’hui qu’elle considère le franc suisse comme nettement surévalué et qu’elle intervient en conséquence. Les Verts se réjouissent de ce pas. Ils demandent à la Banque nationale de poursuivre l’objectif fixé avec tous les moyens qui sont à sa disposition. Dans cette optique, les Verts jugent positive l’intention de la BNS d’acheter des devises en quantité illimitée.

Les Verts partagent l’avis de la BNS, selon lequel le taux de change plancher de 1.20 CHF n’est pas suffisant pour une partie de l’industrie et du tourisme. La BNS doit donc absolument poursuivre l’engagement pris, pour rapprocher le cours du franc de la parité en matière de pouvoir d’achat, laquelle se tient autour de 1.40 CHF pour un euro. Un tel taux de change doit être atteint progressivement.

Plan d’aide bienvenu
Les Verts jugent également positif le plan d’aide du Conseil fédéral, en particulier le soutien à l’assurance chômage qu’ils jugent central dans la situation actuelle.

Stabiliser le marché financier
Pour éviter à l’avenir de telles situations de crise, des mesures supplémentaires devront toutefois être prises. La régulation du marché financier revêt pour ce faire un rôle central. Une taxe sur les transactions financières serait ainsi nécessaire, des taux d’intérêt négatifs pour les investisseurs étrangers et l’engagement en vue d’une décote pour les Etats fortement endettés. C’est seulement à ce prix que la spéculation financière, qui est à la base du problème, pourra être durablement endiguée.