Luc Recordon sur les denrées alimentaires du principe du « Cassis de Dijon »

 Résultant d’un arrêt ancien de la Cour européenne de justice mal interprété, ce principe conduit à laisser entrer en Suisse des produits bon marché mais de bas niveau, aussi bien dans le domaine de l’énergie que dans celui de l’alimentation. Cette politique se révèle inefficace pour faire baisser le niveau des prix et affaiblit le commerce équitable, car elle rend difficile de connaître l’origine et la composition des marchandises. C’est en outre une concurrence déloyale à l’encontre des fabricants suisses soucieux de qualité.

Pour en savoir plus sur la position des Verts

Luc Recordon

Le principe du Cassis-de-Dijon est si perverti qu’il conduit à un nivellement par le bas de la qualité et de la traçabilité des produits.